0

Les dispositions légales encadrant le retour des femmes à leur poste suite à un congé de maternité sont strictes : A la fin du congé maternité, la salariée doit retrouver l’emploi qu’elle occupait avant son départ en congé ou un emploi équivalent avec la même rémunération. Aucun changement du contrat de travail ne peut lui être imposé. La salariée doit passer une visite médicale de reprise dans les huit jours suivant son retour dans l’entreprise. Pendant les quatre semaines qui suivent la fin du congé maternité, la salariée ne peut être licenciée que pour faute grave non liée à l’état de grossesse, ou pour motif économique. La même protection est accordée au conjoint de la salariée.

La salariée peut aussi décider de ne pas reprendre son travail à l’issue de son congé en donnant un préavis d’au moins quinze jours avant la date prévue de retour. Une salariée qui ne reprend pas son travail à l’issue du congé peut demander à bénéficier d’une priorité de ré-embauchage, comme les salariés victimes d’un licenciement économique : dans l’année qui suit sa démission, l’employeur devra la prévenir des postes vacants correspondant à sa qualification par lettre recommandée avec AR et devra l’embaucher par priorité par rapport aux autres candidats. En cas de réembauche, la salariée retrouve la même ancienneté et les mêmes conditions de rémunération.

Par ailleurs, la salariée revenant d’un congé de maternité a droit à un rattrapage salarial égal aux augmentations générales appliquées dans l’entreprise ainsi qu’à la moyenne des augmentations individuelles perçues pendant la durée de ce congé par les salariés relevant de la même catégorie professionnelle. Ce rattrapage est dû à compter du retour de la salariée dans l’entreprise. Elle a également droit à un entretien professionnel avec son employeur consacré à ses perspectives d’évolution professionnelle, notamment en termes de qualifications et d’emploi, et cet entretien donne lieu à la rédaction d’un document dont une copie est remise au salarié.

Ces dispositions sont-elles respectées par la Direction d’AXA IM? L’UGICT-CGT est saisie par des salariées qui répondent par la négative. N’hésitez pas à vous rapprocher d’un représentant UGICT-CGT pour toute information complémentaire.