0

2015013Les négociations salariales 2014 de l’UES AXA IM auraient été longues et laborieuses : Alors que la première réunion à ce sujet a été fixée pour le 29 avril 2014, le texte de l’accord n’est passé en urgence devant le Comité d’Entreprise que le 30 décembre, et n’a été signé par un seul syndicat que le 21 janvier 2015 ! Entre temps, la DRH a rencontré les délégués syndicaux pas moins de 7 fois, sans compter les réunions qui ont été programmées mais annulées à la dernière minute.Le résultat est un accord salarial triennal pour la période 2014 à 2016 (pdf) qui présente des caractéristiques similaires à l’accord précédent 2011-2014, moins favorable pour certains, plus favorable pour d’autres. Ainsi les salariés Non-Cadres verront l’augmentation générale annuelle baisser à 1,4% (c’était 1,6% dans l’accord précédent).Les autres syndicats avaient même accepté moins par le fait qu’ils ont signé l’accord salarial cadre du Groupe ne prévoyant que 0,85% par an (Voir notre tract « La CFDT et la CFE-CGC signent pour l’austérité », disponible sur le site internet CGT AXA).

Mais lors d’un entretien bilatéral le 19 décembre dernier entre notre Syndicat et la DRH (à son heure de déjeuner), la Direction a enfin accepté de faire un pas vers le 2% que l’UGICT-CGT revendiquait depuis le début des négociations. Le budget des augmentations individuelles des Non-cadres reste à 1% de leur masse salariale, et leur prime « indicative » est fixée à 1.500€.Côté Cadres, ce sont les salariés de la classe 7 qui sont les grands gagnants : le budget de leurs augmentations individuelles passe à 1,8% (c’était 1,5% dans l’accord précédent), alors que les classes 5 et 6 voient leur budget baisser à 1,8% (par rapport à 2% précédemment). De même, le bonus indicatif des classes 7 passe de 6.800€ à 7.200€, alors que ceux des classes 5 et 6 stagnent respectivement à 3.500€ et 5.000€.

La Direction avait partiellement accepté la demande de notre Syndicat à ce que les primes et bonus «indicatifs» soient des minima en cas de réussite des objectifs, dans au moins 75% des cas. Mais le syndicat majoritaire (qui seul détient l’audience électorale permettant de bloquer l’accord) a menacé de ne pas signer si la clause en question n’était pas retirée, laissant les primes et bonus 100% discrétionnaires. La clause « balais » ou de «rattrapage », qui garantit une augmentation des cadres sur la période triennale, baisse à 3% par rapport à 4,8% dans l’accord précédent.

Par rapport à une rédaction large englobant tous les cadres dans l’ancien accord, le seul syndicat signataire a opté pour une application expressément plus restrictive, uniquement aux cadres des classes 5 des Fonctions Support et des classes 6.

Comme les années passées, l’encadrement (Attachés de Direction et Directeurs) est exclu de l’accord. Et voici ce qui explique le fond du problème des rémunérations chez AXA IM : la négociation salariale entre la Direction et les représentants du personnel se limite aux budgets pour les Classes 1 à 7. L’encadrement, qui constitue environ 20% de l’effectif, consomme à lui seul environ 40% de la masse salariale totale. Ainsi le syndicat de l’encadrement n’avait même pas besoin de signer l’accord: son électorat est déjà très bien servi par l’absence totale de négociation sur sa rémunération.

L’UGICT-CGT a donné un avis défavorable à cet accord parce qu’il creuse encore plus d’écart entre les petits et les hauts salaires et met en exergue l’inégalité de traitement entre les salariés d’AXA IM alors que le mot ‘équité’ est mis à toute les sauces dans tout l’accord !

Notre Syndicat a profondément regretté que les autres parties à la négociation ont refusé d’aborder la question de l’égalité entre les femmes et les hommes (le Rapport sur l’égalité Femmes-Hommes d’AXA IM faisant état de grandes disparités), celle de l’emploi des travailleurs handicapés (notre UES n’employant que 4 salariés handicapés, soit 0,3%de l’effectif), ainsi que celle de la durée et de l’organisation du temps de travail (le « Fléxi-work » et « Agile- work » seront imposées par « Charte » dixit la DRH).