0

Ancienne formule: 10%*B1+1.90%*B2+C+D
Nouvelle formule : B1 + 1.80% * B2 + C + D

Comment l’intéressement va évoluer sur les trois prochaines années à la suite d’un nouvel accord moins favorable aux salariés que le précèdent ? Même avant de se plonger dans les détails, on voit immédiatement que la nouvelle formule prévoit 1,8% du « B2 », par rapport à 1,9% précédemment, ce qui fait référence aux « Underlying Earnings » du Groupe AXA IM par rapport à la masse salariale brute de l’UES AXA IM hors variable. Visiblement les signataires ont voulu donné un coup d’austérité à l’intéressement des salariés. Mais la modification la plus significative se trouve caché dans le « B1 ».

Dans l’ancienne formule, B1 était l’évolution annuelle des Underlying Earnings, et les salariés avaient droit à 10% de celui-ci. Dans la nouvelle formule, B1 a été redéfini par les signataires de l’accord pour varier strictement entre zéro et 2%, sans la possibilité de dépasser ce seuil de 2%, quelque ce soit les résultats d’AXA IM. A ce plafonnement à l’intérieur de la formule d’intéressement s’ajoute le plafonnement sur le total de l’intéressement à 11,5% de la masse salariale brute hors bonus, qui fixe une limite absolue sur cette rétribution collective quel que soit le résultat de la formule. En 2015, l’intéressement était relativement bon parce qu’il a atteint ce plafonnement, mais aurait dû être encore mieux parce que le plafond a été dépassé.
A l’avenir, l’intéressement aura du mal même à atteindre le plafond.

Par ailleurs, la Direction a refusé notre demande de neutraliser les coûts du déménagement à la Tour Majunga dans le calcul de l’intéressement. Il y a quelques mois, devant le CE, la Direction s’est montrée rassurante sur ce point. Mais c’était des paroles en l’air. Quand l’UGICT-CGT a demandé une clause explicite dans l’accord — au motif que ce ne sont pas les salariés qui ont demandé le déménagement –, la Direction a répondu que c’est un projet d’entreprise auquel tout le monde doit contribuer. Depuis des années, l’intéressement devient de moins en moins intéressant pour les salariés.
Dommage que d’autres « syndicats » se prononcent systématiquement favorables à cette évolution. UGICT-CGT a été seule à donner un avis défavorable à cet nouvel accord.