0

teletravail we et soireesDix ans après la signature de l’Accord National Interprofessionnel sur le Télétravail en 2005, la négociation de l’accord Télétravail AXA IM est une occasion manquée. La Direction aurait pu saisir l’opportunité de définir des concepts de base à tous les télétravailleurs, y compris ceux à titre exceptionnel pour des raisons médicales, qui sont exclus de l’accord, afin de poser un socle commun pour tous ceux qui pratiquent du télétravail.

Lors des négociations, la Direction a refusé notre demande pour définir un « Droit à la Déconnexion » de nombreux salariés déjà en télétravail effectif par l’utilisation intensive des iPhones. Début juillet, avant la signature de l’accord, la Direction à envoyé une communication générale incitant les salariés à se connecter à leur poste de travail via smartphone ou tablette et un nouveau portail, https://My.Axa-Im.com, permettant de travailler 360 jours et nuits ! L’accord n’en fait aucune mention, et le CHSCT n’a pas été consulté.

L’«accord» d’expérimentation Télétravail AXA IM n’est pas véritablement un accord, mais plutôt un chèque en blanc à la Direction, libre de décider unilatéralement qui peut ou ne peut bénéficier du télétravail. Même la CFDT semble regretter sa signature, en écrivant en juillet dernier une lettre non-datée à la Directrice des Ressources Humaines demandant si AXA REIM « peut se permettre de déroger à l’expérimentation d’un mode de travail susceptible d’améliorer les conditions de vie des salariés de cette entreprise », et demandant « d’inscrire à l’ordre du jour du prochain CE et CHSCT un point à cet effet ». Mais a-t-elle déjà oublié qu’elle a donné un avis « favorable » à cet accord discriminatoire, à deux reprises, au CHSCT du 15 juin et au CE du 15 juillet dernier !?