0

Clean Desk originalLe CHSCT du 7 septembre dernier a rendu un avis unanimement défavorable sur le projet de micro-zoning et de macro-zoning des étages de l’immeuble Majunga, l’ensemble des élus craignant une dégradation importante des conditions du travail. Avec le « buzz » fait par la Direction autour du déménagement qui aura lieu entre mi-avril et mi-mai prochain, les salariés s’attendent à un pas vers les nouvelles méthodes de travail qu’offrent les outils et installations technologiques de dernière génération. Mais face à cette demande, la Direction d’AXA IM leur offre une densification de leur espace individuel de travail en échange d’une extension des espaces collaboratifs qui risquent d’être largement sous-exploités, faute de méthodes et d’outils adaptés. Certains vont aussi loin de demander dans quelles conditions les salariés vont « squatter » la Tour Majunga.

Lors de la réunion, nous avons appris pour la première fois que la Direction met en place une politique de « Clean Desk », dont les principes seraient « en cours de définition » et qui seraient «présentés ultérieurement au CHSCT ». Comment cette politique « Clean Desk » sera-t-elle concrétisée ? Des règles seront-elles précisées dans le Règlement Intérieur ? Les salariés seront-ils exposés à des sanctions disciplinaires en cas de non-respect de ces règles ? En parallèle, le projet de la Direction prévoit une réduction du nombre d’armoires et de mètres linéaires de rangement par personne disponibles à proximité du bureau. Cette situation peut s’interpréter comme un piège : faute d’espace de rangement suffisant, les salariés seront poussés à la faute par rapport à la politique « Clean Desk » parce qu’il ne sera pas matériellement possible de s’y conformer.

De même en ce qui concerne la politique annoncée de «réduction très forte de la consommation de papier » : D’une part, le projet prévoit une diminution de l’utilisation du papier ou « paperless », afin « d’avoir un comportement plus exemplaire en terme d’écologie », mais le projet ne prévoit aucune politique de gestion dématérialisée des documents. Quand l’expert désigné par le CHSCT évoque ce problème, il nous met en garde contre le risque des « stockages sauvages ». C’est symptomatique de ce projet qui prévoit de mettre en place beaucoup de nouvelles contraintes aux salariés, sans leur donner les moyens suffisants pour y faire face.

L’UGICT-CGT a regretté la séparation des sujets de travail Agile et de Télétravail du projet de déménagement dans un immeuble dont l’aménagement est conçu pour permettre la flexibilité. Aucune démarche réfléchie ou concertée n’a été entreprise avec les partenaires sociaux pour identifier les différents facteurs qui influent tant du côté du salarié que du côté de l’employeur pour mesurer la faisabilité des nouvelles méthodes de travail.