0

Le 24 novembre dernier a débuté la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) entre les syndicats et la Direction, qui n’a pas estimé utile de nous faire signer une feuille de présence. Elle nous a précisé le calendrier des réunions de négociation à venir :

  • les salaires effectifs (7/12/15),
  • la durée effective et l’organisation du temps du travail (réunions spécifiques début 2016 à définir), et
  • les objectifs en matière d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes et sur la qualité de vie au travail (14/12/15).

Les négociations feront sur la base des informations du Bilan Social AXA IM Paris, les Données Sociales UES AXA IM ainsi que le Rapport sur l’Egalité Femmes-Hommes au sein de l’UES. A également été abordé le Bonus Cible des salariés de la Classe 5 des Fonctions Support, prévu par le dernier accord salarial signé par une seule organisation syndicale.

Grosso modo, le syndicat des employés défend une conception restrictive de la catégorie « Cadre », soutenant que seules les salariés classes 5 et 6 devraient être en droit de recevoir une régularisation de leur salaire si celui-ci n’a pas été augmenté d’au moins 1,2% par an sur une période de trois ans (« clause de rattrapage » ou « voiture balai »).
Le syndicat de l’encadrement va plus loin en défendant la notion que les salariés de la Classe 7 devraient être inclus dans ce dispositif. D’après leurs tracts, ces syndicats ont porté leurs revendications devant la justice…

Le Syndicat UGICT-CGT UES AXA IM, votre Syndicat, n’a pas participé à ce débat juridique parce que nous croyons que la NAO sur les salaires devrait porter sur tous les Ingénieurs, Cadres et Techniciens (UGICT) des sociétés de l’UES AXA IM.
Que vous soyez salarié d’AXA REIM, REIM PARIS, SGP, IF, AXA IM ou IM PARIS, Cadres ou Non-Cadres, Directeurs ou Attachés de celui-ci, nous avons tous intérêt de négocier une meilleure rémunération, comme le démontrent année après année les résultats de SCOPE.

Mais ce n’est pas comme cela que ça marche chez AXA IM. Au Comité d’Entreprise du 6 mars 2015 dernier, à l’occasion d’un « Point urgent sur la politique générale de rémunération différée dès 2015 sur 2014 », la Direction a confirmé que 197 salariés sont « concernés » (par AIFMD) par une politique de rémunération distincte de la NAO et l’accord salarial, en vertu de leur fonction ou bonus minium de 70.000€.
Suite à la présentation, certains élus ont déclaré « ne comprendre absolument rien », bien que cette politique a été validée aveuglement par les élus du même syndicat lors du recueil de l’avis du CE le 27 novembre 2014.
L’UGICT-CGT a regretté que les élus n’aient pas désigné un expert indépendant pour aider la formulation d’un avis motivé. Rappelons à cet égard, que le CE du 27 novembre 2014 a tout simplement « pris acte » non-motivé, afin de laisser un « chèque en blanc » à la Direction de s’octroyer des bonus astronomiques.
Tellement embarrassés, ils n’ont même pas, à ce jour, mis le compte rendu de cette séance sur ONE.

Voici ce que la Direction nous a expliqué : elle a mis en place une structure de rémunération différée exceptionnelle en 2015 pour générer plus de cash-flow en 2016. Une partie des salariés dont une part de RVT est différée recevront uniquement du DIP dont ils acquerront 50% en Q1 2016, et les autres salariés recevront un mix de DIP et de PS.
Avez- vous compris ? Nous non plus.

Mais la séance extraordinaire du CE du 6 mars dernier n’était pas totalement inutile dans la mesure où la Direction nous a informés de l’existence des négociations, en dehors du cadre légal NAO, d’une enveloppe salariale supplémentaire au profit des salariés « concernés » par la nouvelle politique de rémunération différée. Elle dit que l’accord salarial ne concerne que les classes 1 à 7, et qu’elle est libre de faire ce qu’elle veut avec le reste.

Cette enveloppe supplémentaire, qui ne bénéficie qu’aux 197 salariés les mieux rémunérés, permettrait de compenser une partie de leur rémunération qui sera différée cette année : leur bonus « cash » (comptant) ne diminuera pas trop, et en plus ils auront un bonus différé les années futures.

La Direction nous a même expliqué que, pour ces mêmes heureux très hauts salaires, certains auront des bonus en baisse parce que leur performances étaient « partiellement réussi » ou en tout cas inférieur à l’année dernière, mais ils bénéficieront d’une augmentation de leur rémunération fixe pour compenser.

Pourquoi ne pas appliquer ce principe aussi aux salariés Classes 1 à 7 ?