0

UGICT-CGT a apporté sa signature à l’accord du 16 mai 2017 sur l’exercice du droit syndical au sein de l’UES AXA IM et le fonctionnement des instances de représentation du personnel. Pourquoi ? UGICT-CGT a obtenu sa revendication de préciser les conditions du Congé de Formation Economique, Sociale et Syndicale (CFESS), ouverte à tous les salariés des sociétés de l’UES dans la limite de 12 jours par an. Cela paie d’avoir un syndicat revendicatif dans l’entreprise.

POURQUOI C’EST IMPORTANT ?

UGICT-CGT a voulu un droit syndical pour tous les salariés de l’UES AXA IM. Le CFESS est un droit pour tous les salariés, même ceux qui ne sont pas élus ou désignés par une organisation syndicale. La Loi prévoit depuis le 8 août 2016 (l’article L.3142-8 du Code du travail) que l’employeur doit maintenir la rémunération du salarié dans le cadre du congé de formation économique, sociale et syndicale faisant l’objet d’une demande expresse d’une organisation syndicale représentative, accompagnée de l’accord écrit du salarié.

Ce maintien de salaire pendant le congé FESS, ou la “subrogation”, est une revendication  de la CGT depuis de longue date, pour permettre l’exercice effectif de ce droit par tous les salariés.

Grâce à la ténacité de votre Syndicat UGICT-CGT AIM, tout salarié des sociétés de l’UES AXA IM peut désormais faire valoir jusqu’à 12 jours de formation économique sociale et syndicale par an.

Contactez votre représentant UGICT-CGT pour bénéficier du maintient de salaire pour votre prochain congé de formation économique sociale et syndicale.

QUELLES RESERVES UGICT-CGT EMET-ELLE SUR LE DROIT SYNDICAL AXA IM ?

Malgré cette bonne nouvelle dans le nouveau droit syndical AXA IM, nos réserves portent toujours sur le gonflement du “pool d’heures” des syndicalistes permanents, en faveur exclusif d’un seul syndicat par rapport à une majorité des deux autres, dont l’UGICT-CGT. Ce syndicat, qui dispose de 362 heures de délégation par mois calculées sur les mandats légaux (2,78 “permanents”), se voit bénéficiaire de 147 heures de délégations mensuelles “cadeaux” conventionnelles de la Direction, ramenant le total à 509 heures par mois, ou 4 syndicalistes “permanents”. Et avec toutes ces heures, ils n’arrivent à ouvrir le CE aux salariés que seulement 24 heures par mois (2h 3 jours par semaine) !!!

En échange de ce “pool d’heures” au profit de 4 syndicalistes permanents, aucun autre élu ou mandataire de ce syndicat ne peut prendre des heures de délégation, tout  “contribue” à financer les permanents. Il y en a même plusieurs qui ne viennent jamais en réunion (les fameux “élus fantômes”) !!!