Toute la France prépare la fin du confinement le lundi 11 mai prochain. La pandémie du Covid-19 a montré à quel point les gestes barrière mais aussi les outils de protection corporelle tels que la distanciation et les masques étaient indispensables dans la stratégie de réduction du nombre de personnes contaminées et donc du nombre de décès causés par cette maladie virale. Dans la perspective du déconfinement par laquelle les salariés d’Axa IM pourront enfin regagner la Tour Majunga, l’Ugict-CGT demande à la Direction de préparer en amont le déconfinement en toute transparence : retour progressif programmé, télétravail pour tous, travail en alternance sur site et en télétravail, espacement des postes de travail et cloisons transparentes en plexiglas entre ceux-ci, augmentation des places de parking, tickets restaurant pour tous les salariés dès le 11 mai. En ce qui concerne les aménagements sur site, l’Ugict-CGT rappelle les investissements de bon sens : lingettes désinfectantes, masques de protection anti-virus FFP2, flacons et distributeurs de gel hydro-alcooliques…. Un point a été mis à l’ordre du jour du CSE du 30 avril prochain.

LES BONS GESTES SANITAIRES APRES LE CONFINEMENT DEVRONT FAIRE PARTIE DE NOTRE NOUVEAU QUOTIDIEN

Au 23 avril, le service médical d’Axa IM recensait 4 salariés dont les tests de COVID-19 étaient positifs, ainsi que 19 personnes présentant encore des symptômes plus ou moins sévères (cas potentiels non-confirmés).

Après la crise, ou tout du moins quand les salariés pourront enfin regagner la tour Majunga, le risque de contamination subsistera tant qu’un vaccin efficace ou qu’un ou des médicaments n’arriveront pas à neutraliser le virus une bonne fois pour toutes.

Le risque d’une « deuxième vague » est bien réel. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé au Japon : le pays pensait avoir réussi à juguler l’épidémie, mais, soudainement, le nombre de contaminations est reparti à la hausse et, de façon plus étrange encore, des personnes « guéries » et testées négatives après leur sortie de l’hôpital ont été réinfectées ! Le pays a dû déclarer l’état d’urgence le 7 avril dernier, pour 30 jours !

Il faut se souvenir aussi de la pandémie de grippe de 1918-1919, durant laquelle la deuxième vague fut encore plus meurtrière que la première …

LE TRAVAIL NOMADE DANS UN CONTEXTE DE PANDÉMIE

Quel rapport tout cela a-t-il avec le travail nomade ? Et bien, tout simplement, il s’agit d’un problème d’hygiène. Des salariés qui changent chaque jour de bureau, bureau sur lequel ils posent leurs mains, courront le risque d’être contaminés par des salariés infectés qui auraient utilisé le même bureau les jours précédents. Il est en effet avéré que le virus Covid-19 peut survivre jusqu’à 72 heures sur des surfaces plastifiées.

UN DECONFINEMENT “VOLONTAIRE” CHEZ AXA IM ? L’UGICT-CGT DEMANDE A LA DIRECTION DE PRÉPARER LE DECONFINEMENT CHEZ AXA IM EN TOUTE TRANSPARENCE 

Le 23 avril dernier, l’Ugict-CGT demandait à la Direction de bien vouloir mettre à l’ordre du jour un point sur l’organisation du déconfinement. En effet, des salariés s’interrogeaient sur le fait que leurs responsables sollicitaient déjà des volontaires pour revenir sur site à partir du 11 mai.

Comment se fait-il que les instances de représentation du personnel n’aient pas été informées de la décision prise par la Direction de procéder au déconfinement par le biais des volontaires ?

La Direction avait répondu qu’il n’y avait aucune mesure décidée à ce stade. Mais si aucune décision n’avait été prise par la Direction, alors pourquoi les managers sollicitaient-ils leurs  collaborateurs sans l’accord de la Direction?

Sur le sujet du déconfinement, la communication de la Direction doit être diffusée auprès de tous les salariés de l’UES AXA IM, afin qu’ils aient tous, et au même moment, le même degré d’information.

Un point a été mis sur l’ordre du jour du CSE du 30 avril prochain.

REVENDICATIONS DE L’UGICT-CGT AU TITRE DES CONDITIONS DE TRAVAIL APRÈS LE CONFINEMENT

Au titre des réflexions sur les modalités de sortie du confinement, l’Ugict-CGT revendique pour tous les salariés :

  • Un retour progressif sur le site Majunga , avec en premier lieu des managers à l’exclusion des salariés sans responsabilité hiérarchique, ces derniers continuant à télétravailler pendant au moins 1 mois à compter du 11 mai ;
  • A partir du 11 juin, une répartition de chaque collectivité de salariés en 3 sous-équipes, chacune travaillant en alternance 1 semaine sur site et 2 semaines en télétravail, pendant au moins 3 mois ;
  • Au-delà, ne renégociation de l’accord de télétravail pour ouvrir le dispositif à tous les salariés sans distinction et pour le porter à 2 jours par semaine, au lieu d’une seule journée aujourd’hui ;
  • Un espacement conforme entre les postes de travail et l’installation de cloisons transparentes en plexiglas, d’une hauteur suffisante, entre chaque poste de travail et entre les rangées se faisant face. Ceci permettrait de réduire les risques de transmission en cas d’éternuements par exemple ;
  • Un décalage des plages horaires pour permettre aux salariés d’arriver et de partir à des horaires différents et d’éviter ainsi les heures de pointe des transports en commun ;
  • Une augmentation du nombre de places de parking mises à la disposition des salariés habitant loin, pour favoriser le transport individuel ;
  • Des tickets restaurants pour tous les salariés.

En ce qui concerne les aménagements sur site, l’Ugict-CGT revendique plusieurs mesures de bon sens :

  • Des lingettes désinfectantes mises à disposition en nombre suffisant, à chaque étage de Majunga, pour que, chaque jour, les salariés puissent désinfecter leur bureau.
  • La mise à disposition pour les salariés, chaque jour, de masques de protection anti-virus FFP2 : 2 par salarié et par jour, et 2 supplémentaires, par jour, pour les salariés empruntant les transports en commun.
  • Que des flacons de gel hydro-alcoolique soient fournis en nombre suffisant à chaque étage : les petits flacons de 100mL, trois à chaque étage, fournis avant le confinement, étaient bien insuffisants, quand ils n’étaient pas volés ! Par ailleurs, des distributeurs automatiques de gel hydro-alcoolique, évitant le contact avec le poussoir, existent : AXA Wealth en avait installé dans leur bureau de la rue de la Victoire à Paris, avant le confinement…

Se posera aussi le problème de la cantine surchargée : quelles propositions la Direction fera-t-elle à ce sujet ? L’Ugict-CGT demande la mise en place du Ticket Restaurant dès le déconfinement…

La Direction répondra-t-elle favorablement à ces revendications de bon sens et de prudence ? Notre expérience passée nous rend pessimistes à ce sujet : nous craignons fort que, comme d’habitude, la désorganisation, la négligence et surtout le soucis de faire, quelles qu’en soient les conséquences, des économies à court terme ne passent avant la santé des salariés !

QUI SURVIVRA VERRA !

1+