La référence syndicale pour les salariés d'Axa IM !

Catégorie : 7.2.3 Anciennes instances Page 1 of 5

Réponse de la Direction D’Axa IM aux interpellations Ugict-CGT sur la sécurité informatique : “L’usage de ZOOM est ok sous certaines conditions qui sont toutes réunies”

Comme un bon nombre de salariés d’Axa IM, l’Ugict-CGT a pris bonne note des articles apparus dans la presse remettant en question la sécurité de l’application ZOOM, utilisés chez Axa IM et dans les entreprises du monde entier depuis le confinement (voir un exemple). Les doutes sont tels que la Direction interministérielle du numérique déconseille fortement l’utilisation de Zoom, “compte tenu des risques sur la protection des données et des failles constatées qui n’apportent pas les garanties nécessaires pour un usage professionnel par les agents de l’État” (lire l’article). Par courriels du 27 mars 2020, l’Ugict-CGT a demandé si la Direction a pris des dispositions au regard du RGPD avant de mettre en place ZOOM pour la visioconférence chez Axa IM. Les salariés ont-ils été informés de la potentielle utilisation de leurs données personnelles en se connectant à ZOOM ? La Direction a-t-elle demandé leur consentement préalablement ? Conservent-il la possibilité de refuser de se connecter ? La DPO en charge de la protection des données personnelles a-t-elle vérifié auprès de la CNIL la conformité de l’application au regard du RGPD ? N’ayant aucune réponse à nos questions, l’Ugict-CGT a relancé la Direction Général le 2 avril 2020, dans la mesure où un CSE extraordinaire a été programmé pour le 6 avril via l’application ZOOM. Sur ce, la Direction a répondu le 3 avril dernier que “L’usage de ZOOM est ok sous certaines conditions qui sont toutes réunies. Il n’y a pas de raison de ne pas utiliser zoom chez AXA IM avec ces conditions. L’application de ces mesures permet l’organisation de meeting ZOOM de manière sécurisée.”

Réorganisation Client Group et mise en place de Two Axa IM : Questions Ugict-CGT sans réponses satisfaisantes

Le 10 mars 2020, un an seulement après la mise en place du Target Operating Model d’Axa IM au titre du Plan de Départs Volontaires signé par le syndicat majoritaire, la Direction a engagé une procédure de consultation du CSE sur trois projets visant au renforcement des offres “Alternatives” et “Core” par des évolutions du modèle opérationnel d’Axa IM : (1) la création d’une Business Unit Alternatives ; (2) l’évolution de Client Group par la création d’un Client Group “Core” et d’un Client Group “Alts” ; (3) le rattachement d’une partie des fonctions support de Real Assets à celles d’AXA IM. L’annonce de la création d’un “Axa IM Alts” (regroupant Real Assets, Structured Finance et Chorus) à côté d’un “Axa IM Core” (regroupant Fixed Income, Framlington Equities, Multi-Asset et Rosenberg Equities) a été immédiatement relayée par la presse internationale (voir un exemple). Une deuxième réunion du CSE pour les questions-réponses a eu lieu dans la précipitation le 16 mars 2020, (coïncidant avec l’annonce par la Président de la République des mesures de confinement pour combattre la pandémie du Coronavirus), en présence de 7 membres de la Direction et de seulement 3 membres du CSE (tous du même syndicat, celui qui a signé le PDV !). Et une réunion de la CSSCT pour évoquer les conditions de travail des salariés post-réorganisation a eu lieu le 23 mars 2020, lors de laquelle la Direction a refusé de donner une date pour la mise en œuvre du projet. Au bout de ce processus de consultation à la va vite (d’une durée de 9 jours ouvrés seulement, et pendant le confinement en plus !), plusieurs questions Ugict-CGT demeurent sans réponses satisfaisantes.

Qui ne veut pas dépenser l’argent du CE pour les salariés d’Axa IM ? Pourquoi accumuler toutes ces “réserves” ?

Votre Comité d’Entreprise dégage systématiquement un « résultat », preuve que le syndicat majoritaire ne dépense pas l’ intégralité des budgets au profit des salariés, et accumule d’année en année des Réserves et de la Trésorerie. Que font ils avec cet argent ? La gestion du CE depuis plusieurs années est tellement opaque vis à vis des élus des autres organisations syndicales que l’Ugict CGT et ses élus demandent expressément avant la mise en place du nouveau CSE la désignation d’une commission de transfert afin que toutes les organisations syndicales représentatives dans l’entreprise aient le même degré d’information et qu’elles puissent vérifier correctement le transfert du patrimoine du CE vers le CSE étant entendu que le CE n’aura plus de personnalité morale  à la fin des élections professionnelles.

Le Comité d’entreprise rend un avis unanimement défavorable à la politique sociale d’Axa IM : L’Ugict-CGT pointe la politique d’autruche de la Direction face à la souffrance au travail

Au CE du 17 décembre 2018, la Direction d’Axa IM a consulté les élus sur sa politique sociale lors de l’année écoulée : “DEFAVORABLE” les représentants du personnel ont-ils répondu à l’unanimité. Tout en marquant son accord et son appui à l’avis commun sur le volet collectif, rédigé et prononcé pour toute l’instance, l’Ugict-CGT a ajouté un avis sur le traitement des multiples cas individuels de souffrances au travail qu’elle a dûment signalé à la Direction en 2018 : A chaque fois, la Direction Générale a insisté que « l’interprétation faite par le salarié des événements relatés ne correspond nullement à la réalité », suivi d’un épilogue sur des prétendues “insuffisances professionnelles” des intéressés et la nécessité de mettre en place à leur égard un “plan d’amélioration de la performance”. Aucune écoute, aucune enquête, le salarié a tout faux et la Direction est parfaite — voilà la politique sociale réelle d’Axa Investment Managers. Heureusement, le CHSCT a répondu à l’appel, dans un cas pour l’instant, et une enquête paritaire CHSCT diligentée à l’appui de l’Ugict-CGT a été engagée et est en cours. Les résultats seront communiqués prochainement.

Le plan social AXA IM 2018 vise à réduire « les couches managériales » : Où est l’Esprit d’équipe ?

La consultation des représentants du personnel sur le PSE UES Axa IM – Livre II, c’est à dire, l’organisation et les conditions de travail post-PDV, ont été l’occasion pour la Direction d’affirmer que l’un des objectifs poursuivi dans le cadre de son plan social était de « réduire les couches managériales ». Lors des présentations au Comité d’Entreprise et au CHSCT, la Direction a affirmé que la taille minimale des équipes sous la responsabilité d’un manager se situe entre 5 et 10, selon les circonstances. L’Ugict-CGT a marqué son désaccord : il y a plusieurs situations où de “petites équipes” de 3 ou 4 salariés, voire des « binômes », peuvent assurer le travail mieux qu’au sein d’une grande équipe. Tout dépend de la nature et de la charge de travail. La taille d’une équipe pour assurer une ou plusieurs fonctions, de la plus simple à la complexe doit résulter d’une concertation entre le manager et les salariés, en tenant compte de la nature et de la charge de travail qui doit être assurée pour le bon fonctionnement du service ou département. L’Ugict-CGT regrette que le seul syndicat signataire du plan social de la Direction ait apporté son soutien à la suppression des “couches managériales” et de l’esprit d’équipe au sein d’Axa IM.

Compte rendu du CE du 25 octobre 2018 : Comme au CHSCT, les élus et les syndicats rendent un avis majoritairement DÉFAVORABLE au PSE UES Axa IM 2018

Au Comité d’Entreprise du 25 octobre 2018, la majorité des élus ainsi qu’une majorité des syndicats, dont l’Ugict-CGT, ont rendu un avis défavorable sur le Livre II du PSE UES Axa IM 2018. De plus en plus, l’Ugict-CGT convainc les salariés et exprime ce que pense la grande majorité d’entre eux : L’Ugict-CGT fait partie de la majorité des syndicats défavorables à la signature des accords “de méthode PDV” (juillet 2018), “d’anticipation PDV” (octobre 2018) ainsi que l’accord final  “PDV”, estimant que les catégories professionnelles et critères de sélection des volontaires au départ sont en contradiction avec les dispositions des contrats de travail des salariés faisant référence à la convention collective, aux accords GPEC au niveau d’Axa IM et du Groupe Axa, et à l’observatoire des métiers au niveau de la Branche Assurance. L’Ugict-CGT fait partie de la majorité d’élus et de syndicats rendant un avis défavorable au CHSCT, estimant que le plan social de la Direction est générateur de multiples risques psycho-sociaux non-maîtrisés. A présent, elle fait partie de la majorité des élus et des syndicats rendant un avis défavorable au Comité d’Entreprise, estimant que le plan social de la Direction est injustifié économiquement et financièrement. Curieusement, le syndicat majoritaire signataire de l’accord PDV (voir notre article), ainsi que tous les élus de celui-ci, ont également rendu un avis défavorable, tout comme au CHSCT du 19 octobre dernier (voir notre article). Mais qu’ils ne vous racontent pas histoires……. ils ont signé le PLAN SOCIAL la Direccte pourrait demander à la direction de revoir sa copie si elle le juge  mais ne le retoquera pas puisque la CFDT  l’a signé !

Avis Ugict-CGT sur le PSE UES Axa IM 2018 : Livre 2 : Justifications économiques et organisation cible post-compression d’effectifs

Le Livre II du Plan Social UES Axa IM 2018 porte sur les justifications économiques et financières du PSE Axa IM et l’organisation cible post-réorganisation et réduction d’effectifs. Conformément à l’article L.2323-1 et suivants du Code du travail et notamment l’article L.2323-31 du même code, la Direction d’Axa IM a consulté le Comité d’Entreprise sur le Livre II de son plan social le 25 octobre 2018 : L’Ugict-CGT a rendu un avis DÉFAVORABLE : La situation économique et financière de l’entreprise ne justifie en rien la suppression des effectifs, et l’effort exigé aux salariés par le plan social de la Direction nuit aux emplois, aux salaires, aux perspectives de carrière, à la participation et à l’intéressement des salariés, ainsi qu’à la qualité de vie au travail au sein d’AXA IM.

Compte rendu du CHSCT du 19 octobre 2018 : 5 sur 6 élus et 2 sur 3 syndicats rendent un avis défavorable sur le PSE UES Axa IM 2018

La Direction est sortie bouche-bée de la réunion du CHSCT du 19 octobre dernier ayant pour objet de recueillir l’avis de l’instance sur le Plan de Départs Volontaires UES Axa IM 2018 : 5 élus sur 6, dont la seule élue Ugict-CGT, ont rendu un avis DEFAVORABLE. Puis elle a procédé à recueillir les avis respectifs des représentants des organisations syndicales représentatives : 2 sur 3, dont le Syndicat Ugict-CGT, ont aussi rendu un avis DEFAVORABLE. C’était un choc pour la Direction, dans la mesure où elle avait déjà annoncé la veille à tous les salariés que : “La CFDT a fait part de son intention de signer l’accord proposé relatif au PDV”, ce qui rend le syndicat majoritaire co-responsable du dispositif. Un seul élu et une seule organisation syndicale n’a pas donné d’avis pour défaut d’informations. Comment peut-on signer un accord et donner un avis défavorable au CHSCT !?

Avis Ugict-CGT sur le PSE UES Axa IM 2018 : Mesures d’accompagnement des modifications de l’organisation du travail

Conformément à l’article L.4612-8-1 et suivants du Code du travail, la Direction d’Axa IM a consulté le CHSCT sur les conséquences de son Plan de Suppressions d’Emplois (PSE) UES Axa IM sur les conditions de travail des salariés le 19 octobre 2018. L’Ugict-CGT a rendu un avis DÉFAVORABLE : Le projet comporte des risques au débordement, à la surcharge de travail, à la surcharge mentale, à l’interruption des tâches plus fréquentes, à devoir abandonner des tâches pour passer à d’autres, à cumuler les retards dans les activités, à augmenter les risques d’erreurs, à sabrer la qualité du travail, à se trouver dans un conflit de priorité, et à gérer des injonctions contradictoires. Il signifie la casse du contrat de confiance que les salariés entretenaient avec Axa IM, particulièrement violente et qui porte atteinte à l’estime de soi. Les mesures d’accompagnement du PSE-PDV AXA IM 2018 ne font qu’une page, et le soi-disant “dispositif d’accompagnement pour la gestion de l’organisation du travail et de la charge de travail” est elliptique, imprécis et largement insuffisant pour prévenir les risques psychosociaux.

Yes Perform! – No Complete? : La DRH d’Axa IM admet que seulement 16% des salariés ont eu leurs objectifs 2018 finalisés dans le nouveau système de la gestion de la performance

Mea culpa ? Dans une vidéo faisant la publicité auprès des salariés sur le projet “SPARK IM”, la DRH concède que : “Seulement 16% des collaborateurs d’Axa IM ont leurs objectifs finalisés dans le système”, en faisant référence à la nouvelle politique de “Gestion de la performance – Axa Leadership Framework – Yes Perform!” qui a été mise en place à compter de la fixation des objectifs professionnels 2018. Est-ce un aveu de l’échec monumental de cette nouvelle politique, mise en place par décision unilatérale autoritaire contre l’avis quasi-unanime des élus et des organisations syndicales lors du CE du 13 décembre 2017, à l’exception d’un seul élu qui a rendu un avis “favorable avec nuances” (lire notre article) ? La DRH veut-elle pointer du doigt les salariés qui, pour elle, seraient responsables des “blocages” dans le système ? Que veut dire exactement les nouvelles exigences en matière de “Vision Axa”, et comment évaluer les salariés sur cet objectif ? Est-ce que la DRH insiste bien auprès des managers pour fixer des objectifs seulement pour les salariés qui sont visés par le Plan de Suppressions d’Emploi ou ceux qu’elle a l’intention de licencier pour insuffisante professionnelle afin d’atteindre ses réductions de coûts ? Lors du CE du 25 septembre dernier, l’Ugict-CGT a demandé des explications sur les causes de ce manquement grave aux obligations de l’employeur, l’impact sur la capacité de la Direction de mener correctement les évaluations professionnelles des salariés.

Page 1 of 5

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén