1

Appel du 29 septembre 2022: Ensemble, pour des augmentations de salaires !

Comme vous avez pu le lire dans la presse, ce jeudi 29 septembre 2022 est une journée de grève générale partout en France, à l’initiative de la CGT et d’autres syndicats. L’objectif est d’augmenter les salaires, d’améliorer les conditions de travail et de préserver la retraite par répartition pour tous. Les thèmes qui motivent la mobilisation des salariés des divers secteurs professionnels sont les mêmes que ceux qui préoccupent les salariés d’Axa IM : augmentation des salaires, préservation du pouvoir d’achat, promotion de l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle, défense des retraites, égalité des rémunérations et des perspectives de carrière pour les hommes et les femmes. L’Ugict fait écho des préoccupations des salariés d’Axa IM et présente à la Direction leurs revendications légitimes …

Pourquoi les salariés d’Axa IM sont eux aussi concernés par l’appel à la grève générale du 29 septembre 2022 ?

La grève générale partout en France le 29 septembre 2022 n’est pas exclusivement réservée aux salariés les plus précaires. En effet, parmi les revendications figurent le relèvement du Smic mensuel à 2000 €, la baisse du temps du travail hebdomadaire, et l’ouverture du système de retraite par répartition dès 60 ans.

C’est également l’affaire des Ingénieurs, Cadres et Techniciens (ICT), chez Axa IM comme ailleurs, qui sont tous concernés par les thèmes qui sous-tendent le mouvement social de ce jour. Chaque sujet se décline chez Axa IM avec des préoccupations propres aux salariés de l’entreprise.

Augmentation des salaires: L’Ugict Axa IM demande une revalorisation des salaires permettant de neutraliser la baisse du pouvoir d’achat induite par l’inflation galopante

Nos salaires baissent en termes réels depuis plus d’un an. Les salariés veulent des hausses de salaires, pas des aides.

Ne croyez pas que les résultats d’Axa IM ne permettraient pas l’augmentation des salaires. Le résultat opérationnel net du 1er semestre 2022 (« Underlying Earnings », l’indicateur sur lequel l’intéressement est basé) a bondi de +5% par rapport à la même période l’année dernière. Les coûts du personnel (“staff costs”) ont augmenté de +10,8%. Curieusement, le budget d’augmentations pour les salariés Classes 1 à 7, validé par les syndicats signataires (mais pas par l’Ugict Axa IM) était seulement de 2,5%…

Depuis, l’inflation a continué à augmenter pour culminer à plus de 6%, ce qui constitue une baisse effective des salaires réels.

L’Ugict Axa IM estime que les bons résultats de l’entreprise permettent largement une augmentation significative des salaires (voir notre tract).

Préservation du pouvoir d’achat pour les salariés les moins bien payés : L’Ugict Axa IM demande une prime de pouvoir d’achat de 6000 € (dite “Prime Macron”), pour les salariés gagnant jusqu’à 57 k€, y compris les alternants

Le gouvernement a relevé à 6000€ le montant de la prime de pouvoir d’achat, laquelle est exonérée de cotisations sociales. Les salariés éligibles sont ceux qui gagnent moins de 3 fois le Smic, soit 57.712,20 € annuels. L’Ugict demande la mise en place de cette prime pour les salariés d’Axa IM qui y sont éligibles. Cela concerne plus de 350 salariés dans l’entreprise, y compris les alternants (voir notre tract).

C’est une question de justice sociale : Les salariés les moins bien payés chez Axa IM, les Assistantes et les Services Généraux, étaient en première ligne lors du Covid. Ils sont les premiers touchés par l’inflation.

Initialement pensé comme un salaire minimum pour vivre, le Smic est progressivement devenu une référence, un salaire de base pour les jeunes embauchés. Le niveau du Smic concerne l’intégralité des alternants chez Axa IM, qui sont souvent très motivés et soutiennent nos équipes en sous-effectif. L’Ugict Axa IM demande que les alternants bénéficient également de la prime de pouvoir d’achat, à hauteur de 6000€.

Promotion de l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle : L’Ugict Axa IM demande l’interdiction des réunions en dehors des plages horaires normales de l’entreprise, le paiement des RTT/JRA non pris, l’indemnité mensuelle portée à 50€ pour les télétravailleurs, et un poste attitré sur site pour ceux n’optant ou n’ayant pas droit au télétravail

Les 35 heures ne sont pas respectées chez AXA IM. Les cadres travaillent au moins 8 heures par jour. C’est une heure de plus chaque jour, par rapport aux 35 heures hebdomadaires théoriques.

Sur un mois de 22 jours ouvrés, quelqu’un qui travaille 8 heures par jour travaille effectivement 22 heures de plus chaque mois par rapport aux régime légal des 35 heures !

Et l’on ne parle pas de ceux qui travaillent 9 heures ou 10 heures par jour, ou plus… Ils sont pourtant nombreux chez Axa IM !

Or les cadres ne récupèrent pas entièrement les heures travaillées au titre des jours de repos. On ne récupère que 1,5 jours de JRA chaque mois, soit 1,5 jour x 7h= 10,5 heures. Au final, pour quelqu’un qui travaille 8 heures par jour, 11,5 heures sont offertes à la Direction chaque mois (22h travaillées au-delà de la durée légale moins 11,5h récupérées en JRA).

Et pour ceux qui n’arrivent pas à solder leurs jours de repos à la fin de la période de référence, ou atteignent la limite en les versant dans le PERCO, les jours de repos non pris sont tout simplement perdus ! C’est pourquoi l’Ugict Axa IM demande le paiement des JRA non pris.

Le télétravail a permis de soulager en partie la surcharge de travail des salariés en ce qu’il permet de diminuer le temps passé en transport. Mais à quel prix ? L’indemnité mensuelle de 20€ ne permet pas de couvrir les frais courants supplémentaires des salariés (électricité, gaz, connexion fibre, espace dédié aux activités professionnelles …), mais permet à la Direction d’encaisser d’énormes économies en postes de travail sur site.

C’est pourquoi L’Ugict Axa IM demande l’augmentation de l’indemnité mensuelle à 50€, et revendique un poste attitré sur site pour les salariés n’optant ou n’ayant pas droit au télétravail.

Par ailleurs, plusieurs salariés, et notamment des assistantes, nous indiquent qu’ils sont obligés de travailler entre midi et 14h, et surtout quand ils sont en télétravail. Ils ne peuvent même pas bénéficier de la pause déjeuner à la maison !

C’est pourquoi l’Ugict Axa IM demande l’interdiction des réunions lors de la pause déjeuner, de midi à 14h, ainsi qu’au-delà de 18h (voir notre tract).

Maintien de la retraite par répartition à un âge permettant d’en profiter en bonne santé : L’Ugict demande le triplement de la prime de départ à la retraite chez Axa IM, comme en bénéficient les salariés d’Axa France

Pourquoi réformer les retraites ? Elles sont plus ou moins à l’équilibre selon les régimes (voir, par exemple, l’article de la Tribune “Retraites : l’équilibre des comptes est possible sans réforme”).

En ce qui concerne les salariés d’Axa IM, les métiers de la finance de marché sont stressants et usants au long cours. Le stress est délétère pour le cœur, le système immunitaire et bon nombre d’autres processus du corps humain. Dès lors, les salariés ont le droit de prendre leur retraite à un age décent.

D’autre part, en juillet dernier, chez Axa France, la Direction a signé avec les syndicats majoritaires un nouvel accord sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (Gpec). Pour inciter les salariés qui le peuvent à partir à la retraite, l’accord majore l’indemnité conventionnelle de départ à la retraite (IDR) de 200%, soit un triplement du montant.

Un an auparavant, en juillet 2021, les mêmes syndicats majoritaires ont signé l’accord Gpec pour Axa IM. Le syndicat Ugict Axa IM n’a pas validé ce texte: en effet, cet accord pour Axa IM ne prévoit aucune majoration de l’IDR.

Deux poids deux mesures ? Pourquoi les signataires mettent-ils en place cette incitation à la retraite chez Axa France, mais pas chez Axa IM ?

L’Ugict Axa IM, syndicat indépendant ne représentant que les salariés d’Axa IM, demande l’application de la majoration de l’IDR aux salariés d’Axa IM.

Egalité des rémunérations et des perspectives de carrière pour les hommes et les femmes : L’Ugict demande un budget spécifique d’un million d’euros pour réduire les inégalités constatées au sein d’Axa IM

Selon l’expert comptable désigné par le CSE d’Axa IM, la différence de rémunération moyenne entre les femmes et les hommes au sein de l’entreprise en 2021, à classe et tranche d’âge comparables, est de 7,7%, ce qui représente un mois de salaire (voir notre tract).

C’est pourquoi l’Ugict demande un budget spécifique de rattrapage de 1 million d’euros au titre de l’égalité hommes-femmes, au-delà des augmentations individuelles basées sur la performance:

  • 7000 euros par salarié Homme Classe 4, pour réduire l’écart de 14,8%
  • 2000 euros par salariée Femme Classe 5, pour réduire l’écart de 4,6%
  • 5000 euros par salariée Femme Classe 6, pour réduire l’écart de 7,7%
  • 6000 euros par salariée Femme Classe 7, pour réduire l’écart de 6,9%

(voir notre tract)

Tous ensemble le 29 septembre !

Dans le prolongement de la grève de ce jour, la CGT travaille à un appel plus large de l’ensemble des organisations syndicales, parce qu’il est plus indispensable que jamais d’inverser le rapport de force en faveur du monde du travail.

Le 29 septembre 2022, toutes et tous mobilisés pour les salaires !

contact@ugict-aim.com

La référence syndicale pour les salariés d’Axa Investment Managers !