A l’occasion de la journée internationale de la femme, la Direction d’Axa IM vient de publier le calcul de l’index égalité Hommes-Femmes pour 2021, légalement obligatoire depuis 2018. Aucun détail n’a été inclus dans l’annonce aux salariés. Mais le “score” de 91, identique à celui pour 2020, laisse entendre que l’écart de la rémunération moyenne pondérée entre les femmes et les hommes au sein de l’entreprise, à classe et tranche d’âge comparables, reste à 7,7%. L’explication de la Direction est pour le moins fallacieuse. Les signataires de l’accord salarial 2022 ont décidé d’ignorer totalement ce problème, promettant la perpétuation de l’inégalité des rémunérations pour l’année à venir …

Un écart de rémunération de 8%, cela représente quoi ?

Selon l’expert comptable désigné par le CSE, cela représente un mois de salaire.

Comment la Direction explique-t-elle cet écart ?

Selon la Direction :

“L’écart du premier indicateur s’explique par la sous-représentation des femmes chez AXA IM en France, et plus globalement dans l’industrie de la gestion des actifs : il y a moins de femmes dans les rôles pour lesquels la rémunération est la plus haute ie. les rôles d’expertise et les postes de la Direction.”

Le Syndicat Ugict estime que c’est de l’esbroufe : le calcul, légalement défini, est à classe et tranche d’âge comparables. La moyenne de la rémunération des femmes reste comparable à la moyenne des hommes, peu importe le nombre dans les catégories de postes comparables.

Sur interpellation du Syndicat Ugict Axa IM, la Direction s’est engagée à apporter davantage d’informations au CSE du 31 mars prochain.

A suivre …