0

Lors du CHSCT UES AXA IM du 22 avril dernier, convoqué sans l’accord du Secrétaire du CHSCT dûment désigné, la Direction a présenté son projet de « Corporate BYOD », ce qui veut dire en anglais « Bring Your Own Device » (utilisation des outils informatiques personnels pour les besoins professionnels, reliés aux réseaux de l’entreprise). « BYOD » est un jeu de mot sur l’acronyme anglais « Bring Your Own Beer (BYOB) », utilisé pour inviter à une fête en précisant qu’il faut amener sa propre bière, étant sous-entendu que les organisateurs sont trop radins pour la fournir.

De même, le BYOD veut dire que l’employeur ne veut pas investir ou pour le moins maintenir l’outil de travail en état de marche et conforme aux normes des dernières progrès technologiques. Les salariés ne peuvent même pas travailler correctement sans casquer eux-mêmes. L’UGICT-CGT a demandé la consultation du CHSCT sur le Corporate BYOD qui est une modification importante des conditions de travail des salariés qui y adhèrent ; et a maintenu que le « point d’information » au CHSCT, sans consultation, et sans que l’ordre du jour soit signé par le Secrétaire du CHSCT dûment désigné, non-démissionnaire, mais uniquement par l’employeur en tant que Président du CHSCT, était irrégulier. La Direction a catégoriquement refusé de procéder à la consultation sur le projet « Corporate BYOD ». Refuse-t-elle ainsi le dialogue social ?

Le domicile, espace personnel non contrôlé par l’entreprise, permettait autrefois la déconnexion et la récupération. Avec le télétravail, le domicile devient un espace contrôlé. Les salariés en télétravail effectuent davantage d’heures de travail qu’en entreprise et l’amplitude de leur journée de travail augmente. Les heures excessives de travail, diminuent l’efficacité et l’efficience des salariés. Le salarié dans un processus d’auto contrôle est invité à chercher de lui-même à être le plus efficace et le plus performant possible. Cette sur-rentabilité individuelle permet à Axa de réduire de 20% les effectifs d’ici à 2020, avec pour incidence une destruction des emplois et une intensification de la charge de travail pour ceux qui restent.

De même pour le BYOD : le salarié avec un téléphone fourni par l’entreprise peut l’éteindre ; mais si l’employeur vient sur votre téléphone personnel, vous vous rendez disponible en permanence et cassez la séparation entre la vie professionnelle et la vie privée.