0

Au CE du 27 avril dernier, la Direction a annoncé son plan de libérer deux étages de la Tour Majunga. Le projet s’inscrit dans le cadre du plan d’économie qu’AXA IM doit réaliser au titre du Projet Rock. La première phase du projet consiste à libérer le 4e étage et à relocaliser les équipes permanentes de Technology au 5e étage d’ici fin novembre 2017. La deuxième phase consiste à libérer un second étage, à déterminer, d’ici novembre 2018.

Ce projet vise à économiser 1,2M€ par an, soit 2,4M€ à l’issue du projet. Les étages libérés seront loués à une entité du Groupe AXA ou à un tiers extérieur. Environ 100 salariés et prestataires sont concernés par étage.

Alors que les salariés internes garderont un poste de travail au sein des locaux, il sera demandé aux prestataires de travailler « chez eux ». Où exactement ? On ne sait pas, la Direction dit que ce n’est pas son problème : Ainsi 56 prestataires du 4e étage et 43 du 5e étage devront quitter les locaux lors de la première phase du projet en 2017, et d’autant pour le deuxième en 2018…

Cette décision, très surprenante, seulement 1 an après le déménagement de Cœur Défense à la Tour Majunga, va encore plus loin dans la densification des postes de travail individuels chez AXA IM, ce qui était déjà un sujet au moment du déménagement. S’il y avait une augmentation de la Surface Utile Nette (SUN) de Cœur Défense (14.980 m2) à Majunga (18.235 m2), les postes de travail à Majunga sont plus rapprochés, compte tenu de l’augmentation significative de la part des espaces de travail collectifs (salles de réunions de toutes tailles). L’espace va être encore plus réduit d’environ 2.000 m2, aggravant le problème d’espace pour les postes de travail individuels…

La Direction ne cache plus ses intentions. Lors du CE du 18 janvier 2017, elle a directement dit : « le plan de croissance est considérable et une densification va être nécessaire dans le temps ». Vous pouvez lire vous-même le compte rendu sur Internet…

On pourrait désormais parler de plusieurs « générations » d’AXA IM : ceux qui ont connu Cœur Défense et ceux qui nous ont rejoint depuis lors directement Majunga (sans parler des vrais « anciens » qui ont connu l’Avenue de la Grande Armée ou Rue Cadet !). La génération Cœur Défense se souviendra de ce qui nous avait été vendu avec le déménagement : plus d’espaces de travail collectifs, plus de contacts entre équipes, de « nouvelles méthodes de collaboration » en petit ou en grand groupe…

LE RÊVE MAJUNGA BRISÉ EN MOINS D’UN AN : NOTRE ESPACE DE TRAVAIL SE REDUIT, LES COLLEGUES S’ELOIGNENT

Les salariés de Technology, internes et externes, vont désormais trouver le travail « en équipe » très difficile puisque ce travail se fera de plus en plus à distance. Surtout quand il s’agit de contacter des centres de service de développement, par exemple, qui sont souvent engorgés d’appels et que nos salariés vont perdre du temps continuellement en attente…

Pour nos collègues prestataires, l’envie de s’impliquer dans une entreprise qui n’a même pas un minimum de places pour eux risque de baisser. Leurs correspondants chez AXA IM vont devenir des simples voix sur une ligne téléphonique. Si le contenu de leur travail restent similaire, ils vont devoir adopter une toute autre méthode de travail, celle d’un simple agent de centre d’appel. Les différents outils que nous utilisons n’offrent pas d’aussi bonnes performances à distance qu’en local.

Coté des salariés internes, ils sont également très mécontents. Ils savent que la qualité de service ne peut être maintenue à distance au même niveau que si leurs collègues prestataires étaient sur place. Les ateliers de relectures et diverses aides apportées par les membres de l’équipe et le team leader seront bien plus difficiles à assurer, voire impossible. Le processus de facturation ne se prête aujourd’hui pas du tout à une activité à distance. Les support AXA 360 sera de moins en moins accessible physiquement…

Les salariés sont de plus en plus nombreux à constater la dégradation de leurs conditions de travail. Ils sont nombreux à remonter leur désaccord à leur hiérarchie, mais la hiérarchie ne fait qu’appliquer la décision qui est déjà actée. S’ils peuvent comprendre l’envie de la Direction d’économiser toujours plus, ils ne comprennent pas le fait de ne pas consulter les salariés en amont de la décision.