0

L’expert Technologia, mandaté par le CHSCT AXA IM pour évaluer l’intégration des critères comportementaux du “AXA Leadership Framework” dans le dispositif d’évaluation professionnelle des salariés au sein d’AXA IM, a rendu son rapport au CHSCT du 6 novembre 2017. L’expert a choisi une approche pro-patronale, et donne une analyse conciliante sur la volonté de la Direction d’AXA IM d’appliquer les critères comportementaux contenus dans le « AXA Leadership Framework » à TOUS les salariés d’AXA IM, et non plus aux seuls cadres dirigeants comme ça été le cas depuis 2012 jusqu’à maintenant. L’objectif du rapport est de donner des propositions permettant de réduire les effets négatifs du projet sur les conditions de travail. Tout en prenant acte du caractère purement subjectif des critères comportementaux, le rapport  cite les effets néfastes de telles critères comme de simples « craintes » que peuvent avoir les salariés et les représentants du personnel.

Ce rapport souffre de plusieurs erreurs et omissions, et démontre un manque de connaissances de l’historique du dispositif d’évaluation professionnelle et son évolution au sein d’AXA IM.

L’expert affirme que le modèle de leadership (Leadership Framework) a été introduit au sein du Groupe AXA en 2015. Cette affirmation est complètement fausse. La discussion sur la mise en place du « AXA Leadership Framework » chez AXA IM a commencé avec le courriel de la Directrice des Ressources Humaines du 17 octobre 2011 à tous les salariés, sans aucune information ni consultation du CHSCT et du CE, et le vote du CE du 22 novembre 2011 pour réclamer de telles informations et consultations. Le « Leadership Framework » a déjà été élaboré et mis en place dans le Groupe bien avant ces dates, et la tentative en 2011 d’imposer le framework au sein d’AXA IM sans consultation des instances s’inscrivait dans cette mise en place.

De même, l’expert affirme qu’il avait été décidé en 2012 de continuer à appliquer de façon obligatoire le modèle de leadership aux cadres dirigeants d’AXA IM, et de permettre aux autres salariés (Classes 1 à 7) de l’appliquer de façon optionnelle afin de leur laisser le temps de s’approprier ce nouveau modèle. Cette affirmation est complètement fausse. Dans le PV du CE du 9 novembre 2012, la Direction a affirmé que « La partie relative aux compétences relationnelles sera exclusivement appliquée aux cadres dirigeants ». Rien n’a jamais été écrit sur une mise en place « optionnelle » pour les salariés Classes 1 à 7, et encore moins pour « leur laisser le temps de s’approprier ce nouveau modèle ».

L’expert a questionné 52 salariés sur le nouveau dispositif, alors que l’expert lui-même dit que les salariés ne sont pas au courant du projet. Aucun salarié appartenant au « cœur de métier » d’AXA IM n’a été interrogé au cours de l’enquête. Aucun membre de Fixed Income, de SFD, de MACS, de TSF, de Framlington… Uniquement les Fonctions Support et Client Group. 52 salariés sondés sur 1335 = 3,89%, c’est TRES loin d’être statistiquement significatif.

L’analyse de la population des salariés repose uniquement sur le Bilan Social d’AXA IM Paris de 2016, et non pas l’ensemble des salariés de l’UES AXA IM.

A peu près un tiers des 79 pages du rapport sont des textes génériques et standards, copiés-collés d’autres sources. A titre d’exemple, des pages entières sont utilisées pour des “remerciements”, pour faire une présentation sommaire d’AXA IM et pour copier-coller la délibération du CHSCT donnant mandat à l’ expert, pour décrire les principes de travail et la méthodologie, pour faire un rappel juridique sur le document unique, le PAPRIPACT, le télétravail, la loi du 4 aout 2014 sur l’égalité Hommes-Femmes… ; pour présenter la méthodologie des entretiens, demandes de rencontre DRH, Médecin du Travail, Inspecteur du Travail ; pour copier-coller les déclarations de la Direction et les dimensions du « AXA Leadership Framework » ; pour citer des extraits du Bilan Social AXA IM Paris ; et pour lister le lexique, la bibliographie, le document unique, le télétravail, le Code du travail …

En tout, ce rapport est extrêmement décevant, ne défend en rien le point de vue des salariés et les représentants du personnel, et donne le prétexte à la Direction pour étendre son “AXA Leadership Framework” aux salariés n’ayant aucune responsabilité managériale.

Le pire est dans la partie « propositions » : L’expert confond les notions de « compétences relationnelles » et de « compétences/critères/objectifs comportementaux », et  parle de « comportement relationnel ».

Cette confusion entre « comportemental » et « relationnel », entretenue par l’expert en utilisant les deux termes de façon interchangeable, se voit dans la proposition suivante:

« Proposer des objectifs de compétences relationnelles le plus précis possible en rapport avec le métier afin d’éviter au maximum toute forme de subjectivité, source de contestation pour le collaborateur. »

Il semble que l’expert ne comprend pas que les « Compétences relationnelles » existent déjà chez AXA IM. Elles sont spécifiées pour chaque fonction à laquelle les postes sont rattachés. Par exemple :

La Fiche de Fonction “Juriste Classe 5” spécifie les compétences relationnelles suivantes :

  • Savoir écouter et comprendre les préoccupations et les contraintes des demandeurs,
  • Savoir convaincre l’interlocuteur de l’opportunité de la solution préconisée, notamment en sachant argumenter et justifier ses choix.

La Fiche de Fonction “Chef de Projets Etudes Informatiques Classe 6” spécifie les compétences relationnelles suivantes :

  • Savoir anticiper les difficultés et réagir,
  • Capacité à fédérer,
  • Savoir communiquer, négocier et entretenir une relation de partenariat avec les maîtres d’ouvrage.

La Fiche de Fonction “Assistante de Direction Classe 4” spécifie les compétences relationnelles suivantes :

  • Savoir coordonner et synthétiser des informations provenant de sources variées,
  • Savoir gérer les priorités et hiérarchiser l’activité en fonction des urgences,
  • Connaître les techniques d’accueil et de communication,
  • Savoir assurer la confidentialité des éléments portés à sa connaissance,
  • Savoir s’adapter à des interlocuteurs variés dont les niveaux de responsabilité peuvent être élevés.

La Fiche de Fonction Analyste Financier en Valeurs Mobilières Conseil Classe 6 spécifie les compétences relationnelles suivantes :

  • Savoir informer, communiquer et convaincre.

Etc. etc…

Ces fiches et donc les compétences techniques, relationnelles, et managériales qui y sont détaillées ont été définies et convenues au sein du Groupe AXA le 1er juin 1999 au titre de la Convention collective des Sociétés d’Assurances. En effet, les sujets de la grille de classification et des fonctions sont des sujets définis au niveau de la Branche.

Le « AXA Leadership Framework » ne concerne pas des « compétences relationnelles » : il concerne uniquement certains « critères comportementaux » standards. Ces critères sont purement subjectifs, déconnectés de la réalité des fonctions et des postes.

En confondant les « compétences relationnelles » et les « critères comportementaux », l’expert joue le jeu de la Direction et tente de tromper les salariés et leur représentants du personnel en donnant des faux espoirs qu’il peut y avoir une façon objective d’évaluer les comportements des salariés d’AXA IM.