0

Lors des discussions du CSE du 26 mars dernier sur les problèmes de restauration collective au sein de la Tour Majunga, la Direction a commencé par répondre qu’elle a interrogé l’Urssaf pour savoir si elle avait le droit d’octroyer le Ticket Restaurant aux salariés d’Axa IM qui le souhaitent à la place de la subvention cantine, sans que cet « avantage » soit assimilé à du salaire déguisé. Elle a ensuite affirmé qu’elle a interrogé la Commission Nationale des Titres Restaurant (CNTR) pour savoir comment procéder. Elle est ensuite revenue sur sa première déclaration en précisant qu’elle va interroger l’Urssaf, et qu’elle a « pris du retard » à cause du PDV et des élections qui étaient prioritaires. (Pourtant, la Direction nous avait rassurés en janvier dernier qu’elle l’avait déjà fait.) L’Ugict-CGT a marqué son étonnement sur la frilosité de la Direction dans le mesure où plusieurs grandes sociétés de La Défense offrent à leurs salariés le choix entre la cantine et le Ticket Restaurant, et a demandé à la Direction de faire parvenir aux membres du CSE toute communication qu’elle aurait eu (ou va avoir) avec l’Urssaf et/ou la CNTR.

L’UGICT-CGT REVENDIQUE DEPUIS LES DEUX DERNIÈRES NÉGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES LE TICKET RESTAURANT : LES ACCORDS SIGNÉS PAR UNE MAJORITÉ DES SYNDICATS N’EN FONT AUCUNE MENTION

L’Ugict-CGT revendique depuis les deux dernières NAO le Ticket Restaurant, et propose de donner le choix aux salariés : ceux qui opteraient pour le Ticket Restaurant recevraient la même subvention patronale intégrée dans le Ticket, et peuvent même continuer à utiliser la restauration collective et individuelle de la Tour en payant « plein prix » comme un visiteur. Nous recommandons à tout salarié télétravailleur de prendre contact avec un représentant du personnel parce que la situation actuelle est discriminatoire parce que chaque jour télétravaillé représente une perte par rapport aux autres salariés qui devient non-négligeable après cumul de plusieurs mois ou années.

LE PROBLEME DU RIE EST RECURRENT DEPUIS L’ARRIVÉE DU DEUXIÈME LOCATAIRE A MAJUNGA ET DEVIENT DE PLUS EN PLUS INSUPPORTABLE.

LA RESPONSABILITÉ DANS CETTE AFFAIRE REVIENT AU BAILLEUR, QUI COMPTE TENU DE SON PROJET DE VENTE D’IMMEUBLE SE LAVERA LES MAINS, LE CONTRAT SIGNÉ AVEC LES LOCATAIRES NE COMPORTE PAS DE CLAUSE INDIQUANT QUE NE PEUVENT DÉJEUNER AU RIE LES SALARIÉS PRÉSENTS DANS L’IMMEUBLE. AVANT DE SIGNER, LA DIRECTION D’AXA IM AURAIT DU VÉRIFIER CE POINT. ELLE EST AUSSI RESPONSABLE DE CETTE SITUATION ET DOIT A TOUT PRIX LA REGLER.

Si dans une semaine le problème n’est pas réglé, l’Ugict-CGT se verra dans l’obligation de faire intervenir l’Inspection du travail.