Au préalable de notre avis sur les orientations stratégiques, la situation financière et économique et la politique sociale d’Axa IM, l’Ugict-CGT regrette le recueil d’avis sur les “Trois Temps” dans la précipitation  à la fin de l’année, de surplus en plein milieu d’un mouvement social massif contre la réforme de la retraite par capitalisation que notre Syndicat soutient entièrement, en se joignant à l’appel de l’opinion public répandue au retrait pur et simple du projet du gouvernement et à l’engagement des négociations avec les partenaires sociaux.

AVIS UGICT-CGT SUR LES ORIENTATIONS STRATÉGIQUES, SITUATION FINANCIÈRE ET POLITIQUE SOCIALE D’AXA IM :

CSE du 12 décembre 2019

Par le passée chez Axa IM, la Direction présentait ses orientations stratégiques en décembre de l’année N-1 pour recueil d’avis en janvier ou février de l’année N ; elle présentait la situation économique et financière de l’entreprise en mai pour recueil d’avis en juin ; et elle présentait sa politique sociale en septembre pour recueil d’avis en octobre…

Ainsi, l’Ugict-CGT demande un retour en 2020 au calendrier normal pour la consultation annuelle sur les 3 temps, et invite la Direction de présenter une actualisation de ses orientations stratégiques à 3 ans dès la séance ordinaire du CSE de janvier 2020.

Sur les orientations stratégiques de l’entreprise en 2019 :

  • L’Ugict-CGT ne peut que rendre un avis DÉFAVORABLE dans la mesure où la direction a expressément refusé de présenter ou actualiser les orientations stratégiques de l’entreprise au cours de l’année 2019.
  • L’année dernière, au même moment que la Direction élaborait son Target Operating Model (TOM) et son Plan de Suppressions d’Emplois Volontaires visant des économies de 125 millions d’euros, elle a actualisé ses objectifs chiffrés à horizon 2020 qui ont été annoncé pour la première fois en décembre 2014 : L’objectif sur les Revenues a été révisé à la hausse à 1.604 milliards d’€, soit un taux de croissance moyen sur la période de 7% ; l’objectif sur le Profit Opérationnel (“Underlying Earnings”) a été révisé à la hausse à 365 milliards d’€, soit un taux de croissance moyen sur la période de 11% ; l’objectif d’Encours Total (“AUM”) a été révisé à la hausse à 835 milliards d’€. Et l’objectif de Cost-Income Ratio a été fixé à 66,8%.
  • Pour l’année 2018, sur la base de laquelle le recueil d’avis se fait aujourd’hui, nous constatons une baisse de 2% dans les Revenus, une baisse de 46% dans le Profit Opérationnel, un Encours Total de 642 milliards d’€ ou 23% en dessous de l’objectif 2020, et un Cost-Income Ratio de 72,1% ou 8% en deçà de l’objectif. Ainsi, malgré les efforts énormes demandés aux salariés pour réduire les coûts, la stratégie de la Direction d’Axa IM ne délivre pas ce qu’elle avait promis.
  • Lors du point d’information sur les orientations stratégiques devant le CSE en 2019, la Direction nous a dit que “rien ne change” par rapport aux objectifs données en 2018, preuve que la Direction est restée dans le déni tout au longue de l’année 2019.
  • En réalité, la Direction a montré ses cartes perdantes lors des négociations sur l’accord du nouveau CSE, qui sont en échec depuis avril 2019 : La Direction a insisté pour porter la consultation du CSE sur les orientations stratégiques à tous les 3 ans, au lieu d’annuellement comme le prévoit la Loi, afin que l’avis du CSE sur les orientations stratégiques ne soit sollicité qu’une fois par mandat. Au lieu de constaté l’échec des négociations sur ce point et de présenter une actualisation des orientations stratégiques sur les trois prochaines années, la Direction a simplement dit que “rien ne change”. Force est de constater que la Direction Générale de l’entreprise n’est assistée à aucune séance du CSE en 2019, alors que les années passées elle est venue à minima pour présenter et recueillir l’avis des élus sur les thèmes des “Trois Temps”.
  • L’Ugict-CGT dénonce ce stratagème à peine voilé, et demande au CSE de voter une entrave dans la mesure où l’expert désigné par ses soins a confirmé que la Direction a refusé de communiquer ses objectifs chiffrés sur les trois prochaines années.

Sur la situation financière de l’entreprise en 2019 :

  • L’Ugict-CGT rend un avis DÉFAVORABLE à la politique de gérer notre entreprise comme un simple département financier de la maison mère, sans que la véritable pouvoir de décision soit logée au sein de l’entreprise : La baisse constatée dans les revenus est la conséquence directe de la décision de l’actionnaire et sa direction de baisser les commissions sur le plus grand client, qui est l’unique et même personne morale : le Groupe Axa.
  • Dans le même temps, l’actionnaire-client Groupe Axa exige une diminution drastique des coûts au sein de sa filiale, visant une compression du Cost-Income-Ratio concomitamment à la baisse des revenues imposée.
  • Cette contradiction imposée par l’actionnaire-client Groupe Axa met délibérément Axa IM, sa propre filiale, dans un position d’échec constant par rapport aux objectifs stratégiques et financières irréalistes et non atteignables . Alors que la profitabilité de l’entreprise est tout à fait en ligne avec ses niveaux historiques, elle ne représente qu’un tiers de l’objectif fixé et maintenu par la Direction depuis 2014. Ainsi les salariés, les seules véritables variables d’ajustement, sont pressés comme des citrons.
  • Cela est évident quand on considère les négociations DÉLOYALES menées par la Direction d’Axa IM au titre de la Négociation Annuelle Obligatoire sur les salaires effectifs, l’égalité professionnelle entre les Hommes et les Femmes, et les conditions de travail des salariés. En 2017, la Commission Salaires (qui constate la mise en oeuvre effectif de la NAO précédente), a eu lieu en juin, et les négociations ont démarré à partir de cette date. En 2018, la Commission Salaires a eu lieu en novembre, et les négociations ont été précipitées et ont été repoussées en janvier 2019. Cette année, bien que la Direction a annoncé sa décision d’ouvrir la NAO le 24 septembre, elle a attendu le lundi 9 décembre, soit il y a 3 jours, pour tenir la première séance NAO lors de laquelle elle a déclaré “n’avoir aucun mandat pour négocier” et n’a fait que “recueillir les revendications des syndicats”.
  • “N’avoir aucun mandat pour négocier ?” Pourquoi ? Est-ce parce que la direction d’Axa IM attend des instructions du Groupe Axa pour annoncer la proposition unilatérale de la direction et les éventuelles marges de manœuvres ? Dans ce cas, nous demandons à ce que le représentant du Groupe Axa habilité à prendre des décisions salariales chez Axa IM participe à la NAO Axa IM.
  • Sinon, l’Ugict-CGT estime que le manque de loyauté dans les négociations obligatoires caractérise un délit d’entrave.

Sur la politique sociale menée par la Direction d’Axa IM en 2019 :

  • Les salariés d’Axa IM sont exténués et mécontents par les réorganisations incessantes, les déménagements irréfléchis, les modifications des conditions de travail unilatérales contre l’avis unanimement défavorable des représentants du personnel, ainsi que l’imposition des règles floues et subjectives de l’évaluation professionnelle, le manque de négociation ou de suivie sérieux de l’égalité professionnelle entre les Hommes et les Femmes, l’absence de mise en œuvre ou de suivi d’une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences réelle, et l’atteinte à l’intérêt collectif de la profession par le non-respect de la direction de l’article 79 de la convention collective.
  • Réorganisations incessantes : Dès le terme du PSE Volontaire supprimant 163 emplois, la Direction à commencer à réorganiser plusieurs services, dont Axa REIM SGP, Active Fixed Income, FMGG et Fund Accounting en dernier lieu. C’est l’aveu que le TOM mis en place à l’occasion du PSE 2018 n’était en réalité pas pertinent. L’organisation de l’entreprise est trop dépendante des personnes, chaque départ d’un manager nécessitant une réorganisation de plusieurs équipes au nom des économies de coûts. Les salariés soufrent de cette instabilité.
  • Déménagements irréfléchis: La Direction passe outre l’avis unanimement défavorable du CSE à la mise en bocal des salariés d’Axa Framlington REITs, actuellement en open Space Flex avec leurs collègues travaillant sur les mêmes outils et problématiques, et ce au seul motif qu’ils travaillent sur des informations publiques ne nécessitant pas leur isolement.
  • Modifications des conditions de travail unilatérales : 2019 était l’occasion de la mise en place unilatérale forcée du travail nomade au sein du département Core, contre l’avis unanimement défavorable des représentants du personnel. Motivé exclusivement par un intérêt économique de libérer des étages, diminuer le nombre de postes en dessous du nombre de salariés, le projet a été expressément déconnecté de la question du renouvellement du parc et outils informatiques et du télétravail, et est générateur de nouveaux risques psychosociaux (RPS) et de troubles musculaires squelettes (TMS) mal maîtrisés. Consciente des problèmes créés par l’imposition du Flexwork sans y associer les salariés, la Direction est en train de mettre en place des “Ambassadeurs” parmi les salariés pour participer à des “groupes de travail” menés par un cabinet extérieur pour améliorer le dispositif, et cela sans l’information ou avis des représentants du personnel, avec qui la Direction refuse d’ouvrir les négociations collectives sur le Flex.
  • Imposition des règles floues et subjectives d’évaluation professionnelle : L’échec total du “Leadership Framework” imposé par la direction au cœur du dispositif d’évaluation professionnelle a motivé son remplacement par des “Engagements”. La différence n’est que cosmétique, et les “engagements”, mis en place comme le leadership framework contre l’avis unanimement défavorable des représentants du personnel, sont eux aussi voués à l’échec : Le dispositif d’évaluation flou et subjectif est de nature à fragiliser psychologiquement les salariés et à faire émerger ou aggraver les situations de conflit entre le salarié et son responsable.
  • Manque de négociation ou de suivi sérieux de l’égalité professionnelle entre les Hommes et les Femmes : 2019 a été l’occasion pour la Direction de réaffirmer sa politique de longue date de flouer la négociation sur l’égalité professionnelle entre les Hommes et les Femmes au sein de l’entreprise : D’une part, elle produit des chiffres qu’elle admet elle-même n’ont aucune pertinence au constat réel ou comparaison entre les hommes et les femmes au sein de la même Classe et Catégorie Professionnelle à l’âge ou l’ancienneté comparable. Puis d’autre part, elle s’engage à “veiller” à l’égalité de rémunérations entre les Hommes et les Femmes, sans produire un quelconque élément permettant aux représentants du personnel à exercer un contrôle dans la matière.
  • L’absence de mise en œuvre ou de suivi d’une Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences réelle : L’Accord GPEC signé en 2016 est expiré au cous de 2019 : L’Observatoire des Métiers annuel n’a pas eu lieu en 2018, la Direction ayant refusé de faire un lien entre les catégories professionnelles du PSE et les fonctions et classifications au titre de la convention collective. Sans avoir à ce jour ouvert des négociations pour un éventuel renouvellement de l’accord pour les trois ans à venir, la Direction vient juste cette semaine de convoquer l’observatoire des métiers au titre de l’accord expiré.
  • L’atteinte à l’intérêt collectif de la profession : Depuis plusieurs années, la Direction d’Axa IM a fait une véritable position de principe de ne pas respecter l’article 79 de la Convention Collective Nationale des sociétés d’assurance. Le soi-disant “Guide d’amélioration de la performance” mis en place unilatéralement par la Direction contre les propositions Ugict-CGT données au titre du Groupe de Travail désigné par l’ancien Comité d’Entreprise, ne fait qu’aggraver la situation dans le mesure où il ne fait qu’entériner une formalité pour la Direction avant de passer mécaniquement au licenciement abusif pour “insuffisance professionnelle”. Le refus d’appliquer de bonne foi ces dispositions est créateur d’anxiété et de stress autour des questions d’évaluation des compétences professionnelles et de la performance des salariés, des arrêts et accidents de travail ainsi que les agissements répétés de harcèlement moral ayant pour but ou pour effet une dégradation des conditions de travail et l’état de santé physique et mentale des salariés concernés. La Direction a persisté dans cette voie en 2019, ce qui a contraint notre Syndicat à défendre l’intérêt collectif de la profession à côté des salariés devant la justice. 
  • Pour ces raisons, l’Ugict-CGT rend un avis défavorable sur la politique sociale d’Axa IM en 2019.

AVIS DES ÉLUS DU CSE AXA IM :

[Les informations suivantes sont réservées aux adhérents et sympathisants du Syndicat Ugict-CGT UES Axa IM. Connectez-vous ou contactez un représentant Ugict-CGT pour rester informés...]
0