Pour la représentation et la défense de tous les salariés Ingénieurs, Cadres et Technicien-nes des sociétés de l’UES AXA IM

Année : 2020 Page 1 of 8

CONFINEMENT: LE RETOUR!

Nous évoquions, il y a une semaine déjà (voir notre article), notre inquiétude face à une situation sanitaire qui s’aggravait de jour en jour, et nous disions notre incompréhension face à l’obstination inexplicable de la Direction à vouloir imposer la présence physique des salariés à Majunga. L’annonce du Président de la République, hier soir, a confirmé que notre inquiétude quant à la gravité de cette deuxième vague de Covid était bel et bien fondée. Mais la Direction va-t-elle maintenant enfin comprendre le danger qu’elle fait courir aux salariés et à leurs familles ? En effet, si l’on considère, stricto sensu, l’annonce d’Emmanuel Macron, le télétravail n’est pas obligatoire, puisque le Président déclare : « Les travailleurs qui peuvent recourir au télétravail y sont de nouveau fortement incités ». Tout est donc là, dans ce mot, « fortement »… La balle est ainsi désormais dans le camp de la Direction. La position de l’Ugict-CGT, quant à elle, est claire depuis le début : ne doivent venir sur site que les salariés volontaires, tout en continuant l’alternance rouge-bleu pour limiter autant que possible les contacts. Nous avons « la chance » d’exercer une activité tertiaire qui se prête très bien au télétravail. Le premier confinement l’a parfaitement prouvé et les résultats d’AXA IM n’en ont pas du tout souffert. Un grand groupe d’assurance tel qu’AXA peut-il continuer de mettre en péril la santé de ses collaborateurs et de leurs proches ?

0

Covid-19 : la Direction attentiste malgré l’augmentation du nombre de cas à Majunga!

L’Ugict-CGT, dans son dialogue régulier avec la Direction, mais aussi au travers de ses tracts, revendique, depuis plusieurs semaines déjà, de revenir sur la question de la présence VOLONTAIRE à la tour Majunga, en lieu et place de la présence OBLIGATOIRE en alternance rouge-bleu. Jusqu’à présent, la seule réponse offerte par la Direction, lors du CSE du 6 octobre dernier, a été la suivante : “pour l’instant, il n’est pas question de revenir sur ce type d’organisation. Pour le moment, l’organisation rouge-bleu répond aux préconisations du Ministère du Travail. Ce sujet doit être rediscuté dans les prochains jours.” A notre plus grande surprise, les élus des sections syndicales majoritaires ont accepté cet argument sans questionnement et se sont déclarés favorables à l’alternance obligatoire. Deux semaines plus tard, et alors que nous attendons toujours cette « rediscussion dans les prochains jours », 11 nouveaux cas de contamination nous ont été confirmés parmi les salariés tout récemment! Qu’attend donc la Direction pour décréter le volontariat : 100 cas ? 200 cas de contaminations sur site? Nous faisons face à une situation sanitaire qui s’aggrave de jour en jour, avec un télétravail qui a prouvé son efficacité par le passé: qu’est-ce qui pourrait justifier une telle obstination de la part de nos cadres dirigeants ? Nous ne comprenons pas cette attitude. Ou bien cette maladie est véritablement contagieuse et dangereuse (et elle semble l’être, si l’on en croit les médias) et alors il faut donc passer au télétravail volontaire, ou bien elle ne l’est pas, auquel cas on ne nous dit pas toute la vérité. Il y a là une contradiction que nous ne parvenons pas à résoudre. En tout état de cause, si, à titre individuel, vous estimez que votre présence à Majunga est préjudiciable à votre santé, vous pouvez faire part de votre inquiétude à votre supérieur hiérarchique et lui demander l’autorisation de télétravailler tous les jours de la semaine. Votre demande sera particulièrement pertinente et légitime, si par exemple, vous devez prendre des transports en commun particulièrement chargés aux heures de pointe, ou si vous faites partie des personnes à risque, ou bien encore si vous cohabitez avec des proches à risque que vous pourriez contaminer. Dans tous les cas, faites entendre votre voix si vous avez une quelconque crainte. Vous pouvez aussi, en toute confidentialité, contacter l’Ugict-CGT à l’adresse suivante:

ugictcgt.uesaxaim@gmail.com

 

 

1+

COUVRE-FEU: L’Ugict-CGT demande à la Direction de revenir sur la question du présentiel VOLONTAIRE à Majunga

Lors de la réunion du CSE du 6 octobre dernier, les élus et sections syndicales qui contrôlent le CSE ont rendu un avis FAVORABLE à la proposition de la Direction de maintenir l’alternance et la présence obligatoires entre les équipes rouges et bleues à la tour Majunga. Néanmoins, la question n’a pas fait l’unanimité : L’Ugict-CGT ainsi qu’une petite minorité d’élus n’ont pas appuyé cet avis favorable : nous avons en effet estimé que le passage de l’Ile de France en alerte maximale d’une part, et que le durcissement des règles sanitaires dans la région d’autre part, devaient au contraire pousser Axa IM à promouvoir autant que possible le télétravail, et à revenir sur une organisation de présence sur site sur une base exclusive de volontariat. Curieusement, les élus et sections syndicales majoritaires qui avaient demandé à la Direction, au début du déconfinement, de maintenir le télétravail généralisé et la venue sur site sur la base du volontariat, sont désormais ceux qui sont en faveur de la présence alternée obligatoire sur site ! Et ce, alors même que les conditions de travail se dégradent à Majunga, où les salariés sont soumis, d’une façon extrêmement stricte, au port du masque, et où la prise des repas à la cantine est maintenant fortement découragée. Une épée de Damoclès plane sur la tête de chacun, avec des « sanctions disciplinaires » en cas de non-respect des règles, expression d’autant plus inquiétante qu’on ne connaît pas, au juste, la nature exacte de ces sanctions potentielles… Le couvre-feu annoncé par le Président de la République le 14 octobre dernier devrait, à notre avis, rebattre les cartes et, nous l’espérons de tout cœur, ramener la Direction à la raison.Une petite note plaisante, tout de même, pour conclure : la Direction a écouté, en partie, notre revendication de package de matériel pour le télétravail : des casques sans fil Bluetooth haut de gamme seront distribués aux salariés, en lieu et place des casques filaires actuels. Quant à Majunga, les salariés y disposeront chacun très bientôt de deux grands écrans de 24 pouces. Mais nous continuerons bien entendu à revendiquer un siège ergonomique et un écran supplémentaire à expédier au domicile de tout salarié qui en ferait la demande!

1+

Covid-19 & Gestes barrières chez Axa IM : SANCTIONS DISCIPLINAIRES!

La Direction, dans une communication récente intitulée « Covid-19 : Point de situation & recommandations », annonce aux salariés que le non-respect par eux des gestes barrières les “expose à une sanction disciplinaire”, sans d’ailleurs préciser laquelle. Sommes-nous dans une prison? Le Gouvernement avait déclaré le 5 octobre 2020, sans ambigüité aucune, que les entreprises devaient « intensifier le télétravail en zone d’alerte maximale », dont Paris et la Petite Couronne font encore partie aujourd’hui. Si le travail à Majunga ne permet même plus un moment pourtant si élémentaire de convivialité que le repas à plusieurs au réfectoire, et que la Direction a autant peur du risque de contagion, alors pourquoi exiger la présence des salariés en alternance rouge/bleu à Majunga ? En prenant les transports en commun pour venir à La Défense, les salariés ne prennent-ils pas des risques encore plus importants que quand ils mangent à la cantine ? Il y a là un message incohérent. Si la Direction veut minimiser les risques, ce qui est bien entendu souhaitable, il faut alors revenir au présentiel sur la base du volontariat, comme en juin 2020, et non pas imposer une présence à Majunga avec des contraintes de plus en plus difficilement supportables et illogiques. L’Ugict-CGT revendique le volontariat dans le contexte actuel d’alerte maximale Covid et de règles sanitaires durcies. Pour information, lors de la réunion CSE du 6 octobre dernier, nous n’avons PAS été FAVORABLES à la mise à jour par la Direction du dispositif de déconfinement, celui qui régit l’organisation actuelle en équipes rouges et bleues.

 

 

1+

Date limite pour les remboursements de factures par le CSE: Rétropédalage en urgence!

Sous la pression des salariés, les sections syndicales majoritaires contrôlant le CSE font un virage à 180 degrés et repoussent finalement la date limite de soumission des factures et reçus pour remboursement au titre de la subvention Vacances, Sport & Loisirs du 31 octobre au 15 décembre 2020, comme les années précédentes. Merci à tous d’avoir appuyé la position de l’Ugict-CGT contre une décision initiale qui était complètement déraisonnable !

1+

Tout pour la Direction, des miettes pour les salariés : pourquoi l’Ugict-CGT n’est pas signataire du nouvel accord Axa IM sur le télétravail ?

L’Ugict-CGT est par principe toujours favorable au télétravail, car c’est bien évidemment une forme moderne d’activité qui permet, à ceux qui le souhaitent, d’améliorer grandement leur qualité de vie, mais… le télétravail ne doit pas se faire au rabais. Les sections syndicales majoritaires chez Axa IM, contrôlées par leurs appareils respectifs dans le Groupe, viennent d’annoncer qu’elles avaient signé avec la Direction un nouvel accord sur le télétravail. L’Ugict-CGT estime que c’est un très mauvais « accord », en réalité une simple proposition unilatérale de la Direction qui n’a pas été substantiellement modifiée après pas moins de 6 séances de « négociation ». De plus, les sections syndicales majoritaires qui ont validé cet accord n’ont rien « obtenu » de plus que ce que la Direction était de toute façon obligée de nous donner pour pouvoir libérer les étages réservés au GIE. C’est un « accord » qui fait supporter aux salariés les économies réalisées par l’employeur, soit environ 5,6 millions d’€ chaque année, dont seulement 20€ par mois seront reversés aux salariés au titre du télétravail. C’est également un « accord » qui ne donne aucun moyen matériel aux télétravailleurs. En effet, la revendication portée par l’Ugict-CGT pour la fourniture à domicile d’un package de matériel pour tout télétravailleur qui en ferait la demande (station d’accueil ou « docking station », moniteur PC, clavier, souris, siège ergonomique), a été rejetée par les signataires. Et c’est enfin un « accord » auquel tous les salariés doivent contribuer, en subissant obligatoirement les inconvénients du travail nomade (c’est-à-dire le “flexwork” ou, en novlangue, les “New Ways of Working”), mais dont le seul avantage – le télétravail – n’est pas ouvert à tous : le principe du « double volontariat », dont les sections syndicales majoritaires signataires font la publicité, est en réalité un blanc-seing donné à la Direction pour accepter, refuser, modifier, conditionner ou même pour supprimer à n’importe quel salarié la possibilité de télétravailler, et de le faire comme bon lui semble et de façon arbitraire. L’accord dont les signataires vantent autant les mérites au travers de leurs tracts n’a aucun intérêt autre qu’économique: il s’agit pour AXA IM de libérer de l’espace et de réduire les coûts au détriment des conditions et de la qualité de vie au travail des salariés. Le nouvel accord qui vient d’être signé ne s’applique même pas immédiatement. Il s’appliquera seulement « à l’issue de la crise sanitaire liée au Covid-19 et à l’alternance des équipes bleu/rouge », c’est-à-dire au plus tôt à compter de janvier 2021. Pourquoi alors s’empresser de signer un tel accord aujourd’hui ? Ce qui est paradoxal (mais c’est souvent comme cela, malheureusement), c’est que les sections syndicales majoritaires qui s’étaient ralliées à la position de l’Ugict-CGT au CSE du 23 septembre 2020 (il y a donc seulement deux semaines !) pour donner un avis unanimement défavorable à cet accord, sont les mêmes qui aujourd’hui apposent leurs signatures sur ledit accord! Les salariés ne seront pas dupes…

1+

Date limite imposée au 31 octobre 2020 par le CSE Axa IM pour le dépôt des factures de la Subvention Loisirs & Vacances: l’Ugict-CGT demande le report de cette date limite à fin décembre, comme les années passées!

De plus en plus de salariés se rendent compte que la décision des sections syndicales majoritaires au CSE de fixer la date limite au 31 octobre 2020 pour le dépôt de leurs factures de la Subvention Loisirs & Vacances leur est très pénalisante. Depuis plus de 20 ans, les salariés d’AXA IM pouvaient, chaque année, déposer jusqu’au 31 décembre leurs factures afin de bénéficier de remboursements. Pourquoi avancer soudainement la date limite de 2 mois, précisément l’année où les salariés ont plus de difficultés pour solder leurs droits? N’avons-nous pas déjà été suffisamment pénalisés par la pandémie Covid, par le confinement et par toutes les restrictions sur les activités des loisirs ? Est-ce parce que les comptes 2019 du CSE, présentés le 30 septembre 2020, ont fait apparaître pour la première fois de leur histoire un déficit de 200.000€ ? Les sections syndicales majoritaires qui contrôlent le CSE veulent-elles rendre le remboursement des factures plus difficile, en avançant la date limite de dépôt de 2 mois, dans le but de rééquilibrer le budget 2020, qui risquait peut-être lui-aussi d’être à nouveau déficitaire ? Ou bien souhaitent-elles tout simplement « bosser » le moins possible ? L’Ugict-CGT estime que leur décision est totalement arbitraire, et nous sommes le seul Syndicat à demander que soit réinstituée la date limite du 31 décembre, comme les années précédentes. Depuis les dernières élections professionnelles d’Axa IM en février 2019, à l’issue desquelles notre Syndicat avait reçu le soutien de 12,7% des salariés, certains ont fait courir le bruit que l’Ugict-CGT était à l’origine de tous les maux au nouveau CSE, mais les salariés ne seront pas dupes : Les sections syndicales majoritaires contrôlent tout et doivent assumer leurs décisions. Et ce n’est pas parce que l’Ugict-CGT est minoritaire qu’elle acceptera de se taire…

1+

Alternance Rouge/Bleue chez Axa IM : La Direction proposera au CSSCT et au CSE de prolonger le dispositif jusqu’à la fin de l’année

Lors du traitement des points divers au CSE ordinaire du 24 septembre 2020, la Direction a informé les élus que, compte tenu des annonces gouvernementales récentes, elle proposerait, au CSSCT puis au CSE, une mise à jour du Document de concertation du déconfinement: ainsi, le dispositif d’alternance entre les équipes Rouges et Bleues serait prolongé jusqu’à la fin de l’année 2020. Une communication officielle sera envoyée aux salariés une fois que les instances de représentation du personnel auront été consultées. A suivre…

1+

Politique sociale Axa IM 2020 : L’Ugict-CGT appuie l’avis unanimement DEFAVORABLE du CSE

Au CSE du 24 septembre 2020, les représentants du personnel ont rendu leur avis sur la politique sociale menée par la Direction d’Axa IM en 2020. Pour motiver son avis, l’Ugict-CGT est revenue sur l’échec des négociations sur le plan d’actions 2020-2023 au titre de l’égalité professionnelle entre les Hommes et les Femmes chez Axa IM ; l’échec des négociations sur la “Prime Macron” et le refus de prendre en compte les conditions de travail des salariés assurant une permanence lors du confinement COVID-19 ; l’expiration de l’accord sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) et le manque de négociations loyales ou de suivi réel à ce sujet ; le non-respect par la Direction d’Axa IM de l’article 77 de la Convention collective relatif à l’entretien annuel d’évaluation et les règles floues et subjectives d’évaluation professionnelle ; l’absence de tenue régulière des entretiens professionnels et des entretiens de carrière ; les réorganisations incessantes et les revirements de stratégie peu compris, contre l’avis unanimement défavorable des représentants du personnel ; les modifications unilatérales des conditions de travail, sans contrepartie significative, encore une fois contre l’avis unanimement défavorable des représentants du personnel ; le non-respect par la Direction de l’article 79 de la Convention collective relatif au licenciement pour insuffisance professionnelle ; et le refus systématique de dialogue sociale en cas de traitement des revendications individuelles des salariés. L’Ugict-CGT ainsi que l’unanimité des élus se prononçant sur la politique sociale menée par la Direction d’Axa IM en 2020 ont rendu un avis DEFAVORABLE.

1+

Recueil d’avis du CSE UES Axa IM sur le projet de déploiement du flexwork suite à l’arrivée du GIE : L’expression collective des salariés d’Axa IM est unanimement DEFAVORABLE

Au CSE extraordinaire du 23 septembre 2020, la Direction a recueilli l’avis des représentants du personnel sur son projet de déploiement du flexwork chez Axa IM, suite à l’arrivée du GIE qui prendra 7 de nos étages. L’Ugict-CGT a surtout pointé le manque total de moyens alloués qui auraient pu permettre une chance de succès. C’est un projet dont l’objet est de faire supporter aux salariés les économies réalisées par l’employeur, soit environ 5,6 millions d’€ chaque année, dont seulement 240.000€ qui seront reversés aux salariés pour défrayer le coût du télétravail à la maison, soit seulement 4,3% des économies. C’est également un projet qui ne donne aucun moyen matériel aux télétravailleurs pour rendre le dispositif attractif, la revendication portée par l’Ugict-CGT consistant à fournir un package de matériel pour tout télétravailleur qui en ferait la demande (station d’accueil ou « docking station », moniteur PC, clavier, souris, siège ergonomique), a été refusée par la Direction.  Et c’est enfin un projet d’entreprise de grande ampleur auquel tous les salariés doivent contribuer, mais sans que le seul avantage du projet – le télétravail – ne soit pour tous : tout en reconnaissant que le télétravail est bien un nouvel avantage, la Direction a refusé notre demande d’une prime de sujétion aux salariés dont la présence sur site est requise tous les jours, leur privant de facto de cet avantage en qualité de vie au travail. Le projet de déploiement de flexwork chez Axa IM suite à l’arrivée du GIE n’a aucun intérêt autre qu’économique, et ce seulement en faveur de l’employeur, de sa direction et de ses actionnaires. Il ne présente aucun intérêt pour les salariés, qui sont appelés à le financer entièrement par la dégradation drastique de leurs conditions de travail, par la contribution de leur espace d’habitation personnelle à leur employeur sans aucune contrepartie significative, par l’achat du matériel professionnel adapté à leurs propres frais, et par la soumission à un dispositif unilatéral subjectif et discriminatoire. Il est voué à l’échec. L’Ugict-CGT, ainsi que l’unanimité des élus exprimant un avis, ont rendu aujourd’hui au nom des salariés un avis collectif DEFAVORABLE à ce projet.

1+

Page 1 of 8

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén