L’ordonnance no 2020-385  du 1er avril 2020 modifie la date limite et les conditions de versement de la “prime exceptionnelle de pouvoir d’achat”, dit “Prime Macron”. Pour rappel, l’Ugict-CGT a été seule à demander l’ouverture de négociations sur la Prime Macron 2020 (lire notre tract), et a été seule à remettre des revendications précises lors de la première réunion le 28 février dernier ; la Direction a ensuite reporté la négociation sur la Prime Macron qui a été programmée pour le 6 mars 2020, et confirmation que les alternants ne peuvent pas être exclus du dispositif. Nous attendons toujours les statistiques sur l’attribution de la prime l’année dernière. A l’occasion de l’ordonnance du 1er avril, l’Ugict-CGT actualise ses revendications pour prendre en compte les nouvelles règles : 2000€ pour tous les salariés dont la rémunération annuelle brute égale ou inférieure à 55.419€ (soit 3 fois le SMIC annuelle de 18.473€), y compris les alternants. Autres nouveautés : Le bénéfice de la prime peut prendre en compte les conditions de travail liées à l’épidémie de Covid-19, et est étendu aux personnes qui sont dans les effectifs à la date de dépôt de l’accord d’entreprise, ainsi qu’aux intérimaires mis à disposition de l’entreprise utilisatrice. Ainsi l’Ugict-CGT demande l’attribution de la prime Macron de 2000€ à tous les salariés et prestataires qui ont assuré un travail sur site pendant la période de confinement, quelque soit leur rémunération annuelle. Cette prime peut désormais être versée jusqu’au 31 août 2020 et non plus jusqu’au 30 juin.

UGICT-CGT RAPPELLE A LA DIRECTION LE PRINCIPE DE NON-DISCRIMINATION : LES APPRENTIS NE DOIVENT PAS ETRE EXCLUS DE LA PRIME MACRON

« Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail en vue de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes âgés de 16 à 29 ans révolus. Il est conclu entre un jeune travailleur ou son représentant légal et un employeur. L’apprentissage est associé au versement d’un salaire même si le jeune n’est pas présent en permanence dans l’entreprise : on parle de “salaire en alternance”.

En vertu du contrat d’apprentissage, les apprentis suivent une formation professionnelle complète, qui permet d’alterner formation au sein d’une entreprise et au sein d’un centre de formation d’apprentis, en vue d’obtenir une qualification professionnelle sanctionnée par un diplôme ou un titre à finalité professionnelle. »

0