Au cours du CSE du 25 février 2021, les élus ont dissout la commission provisoire paritaire qui était chargée, depuis le mois de juin 2019, de gérer les Activités Sociales et Culturelles (ASC) des salariés. L’expression grandiloquente de “destitution de la Commission Provisoire” a été utilisée dans l’ordre du jour dudit CSE. Nous devons corriger ici le vocabulaire employé : il s’agissait en l’espèce d’une dissolution, et non pas d’une “destitution”. Rappelons que l’Ugict Axa IM était à l’origine de cette commission provisoire. Les couacs, qui nous ont été injustement imputés durant la première année, étaient en réalité des blocages délibérément orchestrés par les deux autres sections syndicales. Autre sujet : pour ce qui concerne le règlement intérieur du CSE, le Code du travail rend obligatoire sa mise en place dans les entreprises de plus de 50 salariés, et ce, dès l’issue des élections. Il aura pourtant fallu deux longues années à la suite des dernières élections professionnelles pour que les élus majoritaires d’Axa IM s’entendent sur les dispositions d’un règlement intérieur et sur la composition du Bureau du CSE ! …

Fort heureusement pour les salariés, l’Ugict Axa IM, le SEUL syndicat statutaire d’entreprise, a été là pour débloquer la situation des factures restées en suspens plusieurs mois après les élections de 2019. Nous avons ainsi permis au CSE de continuer à rembourser les salariés. Contrairement aux ignobles calomnies répandues à notre égard à l’époque, sans notre intervention et sans notre insistance, le remboursement des factures des salariés auraient été bloqué jusqu’à ce jour !