0

Lors de la séance de négociation de l’accord CSE du 8 avril 2019, le deuxième syndicat de l’UES AXA IM a demandé à la direction d’organiser un vote pour remplacer le trésorier dont le mandat aurait dû revenir, de fait, à un de ses élus. La RH a pris note de cette demande… Nous avons aussi  réclamé que toutes nos questions  soient mises à l’ordre du jour des réunions qui, jusqu’à ce jour ont été la plupart du temps, écartées. La décision de l’ordre du jour revient conjointement au secrétaire du CE et à la RH, on ne comprend pas pourquoi la RH veut, maintenant,  assister aux réunions préparatoires pour l’établissement de l’ordre du jour… Veut-elle montrer par là que c’est le secrétaire qui bloque nos questions (?)… Alors dans ce cas, pourquoi l’a t’elle mis en place ?

Par ailleurs, les délégués syndicaux qui représentent 53% des voix aux dernières élections réclament une charte de bonne conduite et un code de déontologie pour la gestion des activités sociales et culturelles qui doivent être gérées en commun par tous les élus, l’accord CSE n’obtenant pas la majorité des voix et des signatures.

Outre l’ouverture du local du CSE à tous les élus, il est demandé que.

  • le local occupant les documents comptables du CSE ne soit ouvert qu’à l’actuel bureau composé uniquement du secrétaire et du trésorier.
  • les documents à transmettre du passage du CE vers le CSE soient remis aux nouveaux élus qui l’ont demandé dans les plus brefs délais;
  • les signatures sur les comptes du CSE doivent être communiquées;
  •  inventaire des activités engagées et remise de tous les contrats en cours;
  • Point sur les appartements avec expertise du patrimoine immobilier du CSE;
  • la mise en place d’un audit (déjà voté) des comptes du CSE depuis 4 ans;
  • l’établissement rapide d’un budget 2019 afin que les salariés puissent bénéficier  du remboursement de leurs activités engagées….etc

Les salariés nous rapportent que le bureau de l’ancienne mandature remet le retard sur la CFE CGC et l’Ugict CGT, mais il n’en est rien ce sont eux qui bloquent. Plusieurs mails à l’appui montrent que le secrétaire traîne les pieds pour remettre les éléments aux nouveaux élus du CSE afin que le budget soit discuté et établi pour 2019 car dans sa tête il n’a pas intégré que son syndicat n’est plus majoritaire ni en représentativité (face aux deux autres syndicats) ni en nombre de voix (9/9). Il pense pouvoir faire ce que bon lui semble sans l’avis des autres élus majoritaires et conserver les membres de l’ancien bureau pour gérer les ASC alors que l’accord CSE ne sera pas signé par les majoritaires; il ne lui reste plus qu’a faire reclasser ses élus qui étaient à plein temps syndical.

Il s’est même permis d’envoyer le 11 avril  (sans l’avis des autres élus) un mail à tous les salariés pour les informer que le local du CSE est fermé jusqu’à l’établissement du budget. De quel droit ?

Nous contestons cette annonce et demandons que le local soit ouvert afin que nous commençons à prendre contact avec les salariés et à récupérer leurs factures pour vérification.

Dans tout ce retard, la RH ne semble pas être neutre car, à aucun moment lors de nos échanges par mails (et il y en a beaucoup) elle ne nous a proposés une médiation afin de débloquer la situation. Il a fallu que la représentante de l’Ugict CGT demande un RDV au Président en titre de l’UES (pour le 12 avril) pour que la RH veuille, la veille (11 avril) faire un point avec les deux syndicats majoritaires !

La RH nous serine qu’elle garde sa neutralité pour la gestion des ASC, mais elle ne s’est pas empêchée de voter pour le trésorier élu de la CFDT qui, malgré l’urgence de l’établissement du budget (que nous subodorons est déjà établi depuis longtemps) ne s’est pas empêché de prendre des congés…….tout ceci est dilatoire…..ils cherchent tous à gagner du temps…..pourquoi ?…. nous nous posons beaucoup de questions.(???)…….

A suivre….