6+

La Direction est sortie bouche-bée de la réunion du CHSCT du 19 octobre dernier ayant pour objet de recueillir l’avis de l’instance sur le Plan de Départs Volontaires UES Axa IM 2018 : 5 élus sur 6, dont la seule élue Ugict-CGT, ont rendu un avis DEFAVORABLE. Puis elle a procédé à recueillir les avis respectifs des représentants des organisations syndicales représentatives : 2 sur 3, dont le Syndicat Ugict-CGT, ont aussi rendu un avis DEFAVORABLE. C’était un choc pour la Direction, dans la mesure où elle avait déjà annoncé la veille à tous les salariés que : “La CFDT a fait part de son intention de signer l’accord proposé relatif au PDV”, ce qui rend le syndicat majoritaire co-responsable du dispositif. Un seul élu et une seule organisation syndicale n’a pas donné d’avis pour défaut d’informations. Comment peut-on signer un accord et donner un avis défavorable au CHSCT !?

 Avis de l’élue Ugict-CGT au CHSCT du 19 octobre 2018

Le projet de plan de départ volontaire autonome exclusif initié par AXA IM pour les sociétés formant l’UES AXA IM nous amène à formuler plusieurs observations suivantes au vu du rapport Syndex et de notre propre vécu :

  • le déroulement de l’information au CHSCT n’a pas été des plus facile pour les élus et mandatés compte tenu du manque de cohérence des documents remis et de l’obtention aux forceps des informations, qui restent pour certaines non encore reçues à ce jour ;
  • L’annonce aux salariés faite parfois bien avant l’information aux IRP a été des plus violente pour les populations les plus fragilisées par les suppression de poste et les pressions exercées par leurs hiérarchies pour les pousser à opter pour le plan, bien avant que les négociations ne débutent  ;
  • les catégories impactées par les suppressions de postes, à savoir les assistantes, au nombre total de 22 affectent les salariés les plus fragiles dont l’évolution des métiers avec les évolutions technologiques n’a pas été étudiée et anticipée bien en amont via l’accord GPEC négocié en 2016 ;
  • Depuis le 18 juin et jusqu’aux dernières négociations, la Direction ne nous a pas apporté la preuve que les projets technologiques devant être mis en place d’ici 2020 allègeront la charge de travail des salariés quant aux tâches à faible valeur ajoutée ;
  • La suppressions de postes ne fera qu’ajouter du stress aux salariés au point de peser sur la qualité de vie au travail, ce qui est un risque non seulement d’altérer leur santé mais aussi de créer des risques opérationnels ;
  • Le modèle organisationnel de l’organisation cible ne nous a pas été explicité et il ne nous a pas été démontré qu’il apportait des améliorations majeures à la qualité de vie au travail des salariés

Bien que dans l’absolu nous sommes conscients qu’une réorganisation semble nécessaire pour améliorer le modèle organisationnel de l’UES AXA IM, au vu des expériences des réorganisations passée, la direction nous donnait des assurances qui sont restées à l’état de discours.

Donc pour toutes ces raisons je donne un avis défavorable à cette réorganisation, à charge pour la direction de nous prouver, dans les mois à venir, qu’elle s’attèle à améliorer considérablement la qualité de vie  au travail des salariés de l’UES AXA IM

Avis du Syndicat Ugict-CGT au CHSCT du 19 octobre 2018

Lire l’avis du Syndicat Ugict-CGT sur la modification des conditions de travail induites par le PDV et les mesures d’accompagement des nouvelles méthodes de travail :

Avis Ugict-CGT sur le PSE UES Axa IM 2018 : Mesures d’accompagnement des modifications de l’organisation du travail

L’Ugict-CGT UES Axa IM

PARMI LES SYNDICATS, FAITES LA DIFFÉRENCE !