La Direction, dans une communication récente intitulée « Covid-19 : Point de situation & recommandations », annonce aux salariés que le non-respect par eux des gestes barrières les “expose à une sanction disciplinaire”, sans d’ailleurs préciser laquelle. Sommes-nous dans une prison? Le Gouvernement avait déclaré le 5 octobre 2020, sans ambigüité aucune, que les entreprises devaient « intensifier le télétravail en zone d’alerte maximale », dont Paris et la Petite Couronne font encore partie aujourd’hui. Si le travail à Majunga ne permet même plus un moment pourtant si élémentaire de convivialité que le repas à plusieurs au réfectoire, et que la Direction a autant peur du risque de contagion, alors pourquoi exiger la présence des salariés en alternance rouge/bleu à Majunga ? En prenant les transports en commun pour venir à La Défense, les salariés ne prennent-ils pas des risques encore plus importants que quand ils mangent à la cantine ? Il y a là un message incohérent. Si la Direction veut minimiser les risques, ce qui est bien entendu souhaitable, il faut alors revenir au présentiel sur la base du volontariat, comme en juin 2020, et non pas imposer une présence à Majunga avec des contraintes de plus en plus difficilement supportables et illogiques. L’Ugict-CGT revendique le volontariat dans le contexte actuel d’alerte maximale Covid et de règles sanitaires durcies. Pour information, lors de la réunion CSE du 6 octobre dernier, nous n’avons PAS été FAVORABLES à la mise à jour par la Direction du dispositif de déconfinement, celui qui régit l’organisation actuelle en équipes rouges et bleues.

 

 

1+